Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule

Auteur/autrice : Lucas

Pourquoi inclure un test technique dans son recrutement ?

Pourquoi inclure un test technique dans son recrutement ?

Publié le 06 Juin 2022
#Recruteurs

Si vous souhaitez recruter un développeur ou que vous cherchez un travail dans le Web, vous serez amené à faire passer ou à passer un test technique.

Mais que représente ce test ? Quand intervient-il ? Comment le préparer ou l’évaluer ? Si vous vous posez ce genre de questions, vous êtes au bon endroit. Recruteurs comme candidats, cet article peut vous être utile.

Mais qu’est-ce qu’un test technique ? 🧐

Comme son nom l’indique (très clairement), c’est un test qui permet d’évaluer le niveau technique d’un candidat durant un process de recrutement.

Par cet outil, on évalue une ou plusieurs compétences nécessaires pour occuper un poste.

Pour ce qui est de la durée, cela peut varier en fonction des conditions du test. Généralement pour un test passé sur place, cela peut prendre entre 10 à 30 minutes, contre plusieurs heures pour un test à domicile.

À quoi sert un test technique ? Pourquoi l’utiliser ? Quand intervient-il ?

Faire un test gif

Pourquoi faire passer un test technique ?

Comme mentionné plus tôt, ce test permet aux recruteurs d'évaluer les compétences techniques du candidat.

C’est une étape du recrutement qui permet de passer au-delà du CV et des précédents entretiens, eux plus axés sur le savoir-être du candidat et de ses expériences.

En effet, par le biais d’un test on évalue le niveau de compétence technique d’un candidat de manière objective.

Grâce à ça, on peut déterminer si un candidat maîtrise correctement le langage ou la techno qu’il devra utiliser à son potentiel futur poste.

Du côté candidat, vous l’aurez compris, c’est l’occasion de faire la différence et de montrer son savoir-faire.

Les avantages d’un test technique

L’utilisation d’un test technique comporte quelques avantages.

Comme on vous l’explique brièvement dans notre article Comment recruter un développeur, s’il est bien placé dans le processus de recrutement, cela permet de gagner du temps sur la présélection de candidats.

Mais aussi, de réduire le risque d’erreur de recrutement.

Pour les candidats, c’est le moment de prouver leurs compétences sur le poste qu’ils souhaitent occuper. De plus, les feedbacks, qu’ils soient positifs ou négatifs, seront utiles.

Les limites du test technique

Cependant, cela comporte quelques limites.

Pour commencer, il y a un risque de rater un bon candidat. En effet, le stress causé par le test peut pousser à l'échec.

Pire encore, un test mal conçu peut induire en erreur.

Certains tests peuvent être onéreux, notamment les tests sur plateforme.

Ils peuvent aussi orienter sur un « mauvais » recrutement. En effet, un candidat très doué techniquement peut, par exemple, ne pas s’adapter à sa nouvelle équipe.

Enfin, certains candidats n’apprécient pas d’être évalués. En effet, le test peut repousser des candidats, surtout s’il n’est pas indiqué en début de process. C’est préférable de prévenir en amont le candidat sur le test qu'il devra réaliser.

Quand faire passer un test technique ?

Il faut bien choisir quand avoir recours au test technique.

Comme il permet de filtrer les candidatures, l’inclure en fin de process n’a pas vraiment de sens. Cependant, le prévoir trop tôt peut également faire perdre de bons candidats.

Il faut trouver le juste milieu, entre vos process de recrutement et l’expérience candidat.

Généralement, il est bien plus utile après une première sélection de candidats.

Qui évalue un test ?

Un test technique est toujours évalué par un “opérationnel”, soit une personne à même de comprendre la techno et généralement, qui l’utilise régulièrement.

En effet, un responsable du recrutement n’a pas forcément les compétences requises pour faire passer ce genre de test. Ce sont souvent des responsables de l’équipe technique ou des développeurs séniors qui peuvent faire passer le test et l'évaluer.

L’évaluation est objective et concrète car elle se base purement sur les résultats. Pas de ressenti basé sur la personnalité. C’est d’ailleurs, pourquoi il vient en complément d'autres entretiens.

Il faut noter que le test n’est pas foncièrement utilisé dans une optique éliminatoire. Il sert aussi à déterminer les points forts et les points faibles du candidat et à s'assurer qu'il a les compétences requises pour un poste en particulier.

Quel type de test technique ? 🧑‍💻

Il y a plusieurs types de test de compétences. Ils diffèrent selon les entreprises, les postes et les compétences à évaluer.

La liste n'est pas exhaustive, nous évoquerons les plus courants.

L’échange entre pairs

Seul ou en complément d’un autre test, l’échange est généralement le plus utilisé. Il s’agit tout simplement d’un entretien avec un “opérationnel”.

L’échange a pour but de valider les compétences techniques d’un candidat.

Généralement, il est apprécié car il est adaptable aux réponses et reste ouvert. En tant que candidat, cela permet de vendre librement ses compétences techniques.

De plus, il peut aussi être travaillé en amont. C’est la logique et les connaissances sur la techno qui vont être évaluées. Alors, réviser et se renseigner sur les projets est un bon moyen de réussir cet échange.

Un candidat gagnera à être honnête plutôt que de se surévaluer. En effet il est plus intéressant d’avouer ne pas savoir répondre à une problématique en montrant par la suite, son envie d'apprendre.

Cependant, ce type d’entretien est assez chronophage pour l’opérationnel qui devra trouver du temps pour faire passer l’entretien. L’objectivité est aussi plus relative. En effet, l’opérationnel qui fait passer le test peut en manquer.

La revue de code

Revue de code

Cette technique à l’avantage de simuler une situation qui pourrait arriver au candidat une fois en poste.

En effet, elle consiste à donner au candidat un fichier de code avec des bugs ou pouvant être amélioré pour identifier des solutions possibles.

Cela permet d’évaluer les compétences réelles du candidat et sa capacité à résoudre des problèmes et à apporter des solutions.

Néanmoins, un entretien complémentaire est recommandé à la suite de ce genre de test. La revue est souvent couplée avec un échange pour des résultats plus concrets.

Le QCM

Le QCM est un moyen efficace pour évaluer la connaissance d’un candidat sur une techno. Il est simple à organiser et rapide à corriger.

Cela dit, il reste assez théorique et ne permet pas de savoir si un candidat saura appliquer ses connaissances une fois en poste.

Les tests de code par écrit ou sur plateforme

Ces tests peuvent avoir lieu tout simplement par écrit. Le candidat est testé sur sa capacité à créer du code en suivant un cahier des charges ou une demande spécifique.

Mais il est relativement peu apprécié, notamment à cause de l’aspect test écrit. Il est assez peu représentatif car un développeur ne peut pas utiliser tous les outils qu’il a l’habitude d’utiliser.

Ce genre de tests peut maintenant être transposé sur des plateformes de codage. Ils se présentent souvent sous forme de plusieurs problématiques à résoudre et sont facilement personnalisables.

Effectivement, beaucoup utilisent un système de jeu vidéo pour rendre le test plus ludique. C’est le cas de Codingame par exemple où coder permet d’avancer sur un jeu.

De cette manière, on évalue la théorie et la logique d’un candidat.

Notre conclusion 🤌🏼

Le test technique est aujourd’hui une étape quasiment incontournable dans le recrutement du secteur tech/IT.

Utilisé au bon moment et de la bonne manière, il comporte de nombreux avantages.

Il représente un outil de recrutement efficace pour les entreprises et il donne l’opportunité aux candidats de faire leurs preuves de manière concrète.

Cependant, il faut le voir comme une étape complémentaire et non pas comme une étape obligatoire ou une unique solution de recrutement.

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
Le SEO c’est quoi ? À quoi ça sert ?

Le SEO c’est quoi ? À quoi ça sert ?

Publié le 03 Mai 2022
Temps de lecture - 7 min.
#Technologie

Si vous travaillez dans le marketing digital ou tout autre métier lié à internet, vous avez très certainement entendu parler du SEO.

Aujourd’hui, son utilisation et sa maîtrise sont quasi primordiales pour rendre votre site internet incontournable. 

Cependant, savez-vous ce que c’est ? Si vous en avez une vague idée, ou aucune et que vous souhaitez approfondir le sujet, cet article est fait pour vous !

C’est quoi le SEO ? 🤔

SEO est un acronyme qui vient des mots anglais Search Engine Optimization, qui se traduisent par optimisation pour les moteurs de recherche.

Concrètement, ce terme désigne un ensemble de techniques d’optimisation du référencement naturel sur le web.

En d’autres termes, il s’agit de la méthode qui consiste à vouloir positionner un site ou une page web dans les premiers résultats d’un moteur de recherche.

Le SEO est devenu un élément indispensable dans les stratégies de marketing digital.

Qu’est-ce que le référencement naturel ? 

Vous l’aurez sûrement compris, le référencement c’est le classement ou la position qu’a un site sur un moteur de recherche.

Il y existe plusieurs techniques pour améliorer son référencement :

Le SEA (Search Engine Advertising) est une autre méthode d’optimisation de ce dernier. Comme son nom l’indique, le SEA consiste à améliorer son positionnement grâce à des publicités et à des actions payantes.

Cette méthode est utilisée pour obtenir des résultats rapides voire immédiats.

On a recours au SEA pour une action particulière, comme un lancement de produit, la mise en ligne d’un nouveau site, etc. Généralement, ce sont des campagnes limitées dans le temps.

Le SEO quant à lui, utilise des leviers gratuits, c’est pourquoi on parle de référencement naturel ou organique.

De plus, ce dernier demande des efforts constants et durables.

Ses effets sont pérennes, un site peut rester bien positionné dans le temps. En effet, il apporte des effets à long terme.

Mais encore, il apporte un trafic mieux qualifié que le SEA.

À quoi sert le SEO ? Pourquoi s’en préoccuper ?

Comme nous l’avons dit plus haut, le SEO sert à optimiser durablement son référencement sur les moteurs de recherche.

Pour aller plus loin, on cherchera d’abord à se placer sur la première page ou SERP 1. SERP signifie  “Search Engine Results Page” et cela correspond à la page de résultats générée lors d’une recherche internet.

La première page est la SERP 1, puis SERP 2, ainsi de suite. Ensuite, on cherchera à être le plus haut possible dans les résultats de cette page.

Mais à quoi ça sert concrètement ?

À quoi sert le référencement naturel ? 🌱

Quand on a un site internet, le but est d’y générer du trafic. Ce trafic permet ensuite d’avoir d’éventuels prospects ou clients, voire de monétiser notre site, etc.

On ne vous apprend rien en vous disant que plus un site est visible, plus il a de chances de générer du trafic.

Pour revenir à la SERP mentionnée plus tôt, une étude de Backlinko montre qu’environ 0,78% des utilisateurs cliquent sur la deuxième page.

D’où l’importance d’être placé sur la SERP 1.

De plus, la position sur la page de résultats est toute aussi importante. Pour info, il y a au moins 10 résultats organiques par page en plus des Ads (annonces payantes).

Selon une étude de Sistrix, il y aurait 10 fois plus de clics entre la position 1 et 10.

Le taux de clic des positions 1 à 5 sur la page 1 correspond à : 

  • 28,5% en rang 1
  • 15,7% en rang 2
  • 11,0% en rang 3
  • 8,0% en rang 4
  • 7,2 % en rang 5

Vous l’aurez compris, être bien positionné est d’une importance capitale pour faire venir les gens sur votre site.

C’est là qu’intervient le SEO, dont le rôle est de positionner les pages de votre site internet dans les meilleurs résultats des moteurs de recherche.

Le but est d’apparaître dans les premiers résultats d’une recherche qualifiée. Soit, une recherche susceptible d’être faite par vos cibles.

Cependant, cette tâche est plus compliquée qu’on ne le pense.

Comment penser SEO ? Les principes fondamentaux 👩‍💻

SEO, par où commencer ?

Se lancer dans une stratégie SEO n’est pas une mince affaire. En effet, plaire aux algorithmes est une tâche longue et compliquée.

C’est pourquoi, c’est un travail de longue haleine qui demande de passer par plusieurs étapes.

L’audit SEO

Généralement, avant de se lancer dans une stratégie, il faut analyser la situation actuelle. Passer par un audit vous permettra d’établir les besoins pour votre site et de définir le meilleur plan d’action pour la suite.

Lors d’un audit SEO on analyse l’état général de votre site et de celui de vos concurrents directs.

On analyse les mots-clés, la structure du site (vitesse de chargement, URL…), le contenu, le netlinking (liens externes et internes au site), etc.

Produire du contenu SEO

Une des techniques les plus connues est la rédaction de contenu optimisé pour le SEO.

Ce contenu s’articulera sur les mots-clés que vous aurez choisis au préalable.

Une page de blog est idéale pour indexer au mieux son site sur un maximum de SERP. Il permet de placer un maximum de mots-clés (avec parcimonie). Cela peut vous permettre de balayer le champ lexical de votre activité ou de répondre à des questions que se pose votre cible.

En effet, une étude menée par Hubspot montre que les sites ayant un blog obtiennent en moyenne 55% de visites en plus.

Par ailleurs, cet article sur notre blog fait peut-être parti de notre stratégie SEO 👀

Au-delà de la rédaction pure, il ne faut pas oublier de perfectionner :

  • Les balises titles <h1>, <h2> etc. : Elles correspondent à vos titres et souvent à la recherche qui sera effectuée par un internaute. 
  • Les méta descriptions : Elles décrivent votre page. Elles sont primordiales pour l’indexation de votre site.
  • Le maillage interne : Ce sont les liens sur votre site qui reconduisent vers un autre page de celui-ci
  • Le maillage externe : Il correspond à notre documentation. Cela peut jouer sur la crédibilité d’un contenu
  • Les balises alternatives d’images : Elles servent à décrire une image
  • Les URL

Autant d’éléments importants pour plaire aux algorithmes des moteurs de recherche. On appelle cette pratique le SEO On-page.

Quant au Off-page, il consiste à relier votre site à d’autres.

Pour cela, on peut inclure des liens externes sur notre site, ou avoir des liens sur d’autres sites qui mènent vers le nôtre (Backlinks).

Netlinking ou Backlinks

Mais qu’est-ce que le Netlinking exactement ?

Aussi appelé Backlinks, on aborde ici l’un des autres piliers du SEO. En complément de votre stratégie de contenu et de votre site optimisé techniquement, il est essentiel de construire une stratégie de création de lien.

L’idée ici est de créer des liens pointant vers votre site, sur des domaines externes, n’appartenant pas à votre site.

Pourquoi faire ça ?

C’est assez simple, Google adore les backlinks. Ils sont tout simplement une preuve de confiance. Plus on parle de vous, plus vous serez considéré par Google.

Attention néanmoins : il faut le faire avec parcimonie et bien sélectionner les sources pointant sur votre domaine.

Prenons par exemple, notre activité chez UNLCK : le recrutement de profil dans le marché de la Tech. Cela n’aurait aucun sens si une entreprise externe à ce secteur, par exemple dans la vente de produits pour animaux, nous mentionnait de façon aléatoire sans que le sujet ait de rapport avec notre activité.

C’est pour cela qu’il est important de bien surveiller quels sont les domaines nous mentionnant.

Un site Internet avec un bon indice de confiance (TrustFlow) sera également plus bénéfique qu’un autre avec un plus faible indice. Soyez donc vigilants : des backlinks oui, mais pas avec n’importe quoi.

Enfin, en netlinking, il faut également réfléchir à nos ancres (ou texte d’ancrage).

Pour faire très court, l’ancre correspond au mot-clé sur lequel se trouve le lien, et il existe plusieurs sortes d’ancres.

L’ancre donne des informations directes sur le contenu de la page de destination.

On ne va pas rentrer dans les détails car il y a matière à vous rédiger un article complet sur ce sujet mais en résumé, retenez que vous devez tout soigner et de façon naturelle, pour éviter de vous faire sanctionner par les algorithmes Google.

Expérience utilisateurs et partie technique

Bien évidemment divers aspects techniques sont à prendre en compte pour faire gagner des places à votre site.

Ces critères sont également pris en compte par les algorithmes. Il est important de réfléchir à ça en amont (lors du développement) et de surveiller régulièrement la santé du site Web.

Ces critères sont : 

  • l’ergonomie du site et le parcours utilisateurs (UX) desktop et mobile,
  • le taux de rebond ou d’engagement,
  • le taux de conversion,
  • la vitesse de chargement des pages ou images,
  • la sécurité du site,
  • détection d’erreurs, de liens brisés…

On parlera ici de SEO technique.

Notre conclusion 😎

Dans les métiers ou le digital est le nerf de la guerre, le SEO est d’une importance capitale.

En effet, c’est grâce au référencement naturel que votre site internet, en se hissant dans les meilleures positions, deviendra incontournable et servira au mieux votre activité.

Cependant, c’est un travail compliqué qui demande des efforts réguliers. Beaucoup de professionnels du marketing se forment au SEO et les métiers entièrement consacrés à cela sont de plus en plus nombreux.

D’ailleurs, on propose peut-être des offres qui nécessitent des connaissances en SEO 👀

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
6 astuces pour attirer et fidéliser les meilleurs talents

6 astuces pour attirer et fidéliser les meilleurs talents

Publié le 02 Avr 2022
Temps de lecture - 6 min.
#Recruteurs

Depuis quelques années, on constate que les talents ou candidats sont de plus en plus difficiles à attirer dans une entreprise.

En effet, les attentes et les motivations évoluent et se diversifient.

Aujourd’hui, la question de la rémunération n’est plus le seul facteur déterminant dans le choix d’un candidat.

De plus, avec le contexte actuel ces différentes attentes prennent de plus en plus d’importance et il est capital pour les entreprises de savoir s’y adapter.

Bien entendu, l’essence même du poste et les missions sont les critères principaux du premier pas d’un candidat vers une entreprise. Cependant, de nombreux autres paramètres sont à prendre en compte et on vous en parle juste ici. 👇🏼

1/ Une rémunération adaptée aux talents 💸

Même si elle n’est plus le seul facteur de motivation, la rémunération reste tout de même un point important dans le recrutement.

Par ailleurs, le salaire fixe reste généralement ce que regardent en premier les talents en recherche d’emploi.

Cela peut paraître simple, mais un salaire élevé rend un poste plus attractif. Cependant, le salaire doit être cohérent avec le poste et le profil recherché.

Pour proposer une bonne rémunération il faut étudier ce qu’il se fait sur le marché et étudier le profil des talents que l’on veut attirer. De plus, des primes peuvent compléter le salaire fixe, dans les métiers qui le permettent.

Autre point important, il faut savoir être ouvert à la discussion et à la négociation sur le salaire. Être rigide sur ce point peut très vite faire fuir un talent qui souhaite être rémunéré à sa juste valeur.

GIF négocier son salaire

2/ Avantages sociaux et avantages en nature

Ils peuvent venir en complément de la rémunération et peuvent être un bonus non négligeable dans la prise de décision d’un talent.

De plus en plus d’entreprises proposent des avantages en nature ou des avantages sociaux. En effet, cela montre que l’entreprise se soucie de ses employés, de leur bien-être et de leur avenir.

Les avantages sociaux

Les avantages sociaux sont des avantages monétaires ou économiques en complément du salaire.

Les plus connus sont :

  • la souscription à une assurance santé,
  • les titres-restaurants,
  • les régimes de retraites,
  • le partage des bénéfices,
  • les services d'un CE,
  • les séminaires ou incentives,
  • les heures supplémentaires (compensées),
  • les primes.

Les avantages en nature

Certaines entreprises proposent également des avantages en nature. Ce sont en général des services mis à disposition aux employés pour éviter les dépenses personnelles pour le travail.

Cela peut aller du prêt d’un ordinateur de fonction ou d’un téléphone au prêt d’une voiture ou même un logement.

Les avantages sont une excellente solution pour attirer les candidats. Les primes d’intéressement ou de résultat, sont notamment très pratiques pour rémunérer vos talents lorsque vous n’avez pas forcément les ressources pour offrir un salaire fixe élevé.

3/ Des processus de recrutement cohérents 👌

Le déroulement des processus de recrutement est un élément clé pour attirer de nouveaux talents dans votre entreprise.

La plupart du temps, les processus de recrutement sont jugés trop longs. Selon plusieurs études, 2 candidats sur 3 pensent que les process sont trop longs. 1 candidat sur 3 aurait déjà renoncé à un poste à cause de la longueur des process.

On entend par process trop longs, plusieurs choses :

  • les délais de réponses sont lents,
  • les différents entretiens sont trop étalés dans le temps,
  • trop d'entretiens ou d'étapes, avec trop d'interlocuteurs.

De plus, les désavantages d’un processus de recrutement long sont multiples. En plus d’éloigner les candidats, ils sont coûteux, le poste reste vacant plus longtemps et ils sont mauvais pour votre marque employeur.

En effet, c’est pendant le processus de recrutement qu’un candidat se fait une idée de votre entreprise. Il peut se sentir négligé si le délai de réponse est trop lent, il peut également vous penser désorganisé si les entretiens se multiplient.

Privilégier un processus relativement court est bien mieux accueilli de la part des candidats. Attention toutefois à ne pas tomber dans le piège des procédures trop courtes, ce qui risque d’impacter la qualité de votre recrutement.

La première étape dans un bon process est d’attirer via une offre d’emploi.

Il va de soi qu’une annonce attractive met en valeur un poste et par conséquent l’entreprise qui recrute.

4/ Environnement et conditions de travail

De nos jours, ces deux critères ont un poids important dans le choix d’une entreprise ou d’un poste par le candidat. Encore plus dans le contexte actuel. Le COVID a remis en question les méthodes de travail et les motivations des talents.

Les conditions de travail

Premièrement, les travailleurs recherchent un emploi permettant un bon équilibre entre vie professionnelle et personnelle.

Pour cela, la tendance est au télétravail. En effet, de plus en plus de personnes cherchent un emploi où le télétravail total ou partiel est possible.

À titre d’exemple, dans le secteur du développement, une étude de CodinGame montre qu’en 2022, 70% des développeurs souhaitent télétravailler. Ils sont 33% à souhaiter du full remote (télétravail total) et 37% une organisation hybride.

Dans la mesure du possible, certaines entreprises proposent un temps de travail aménagé, avec par exemple, des horaires flexibles. Par ailleurs, certaines ont mis en place la semaine de 4 jours travaillés.

Mais encore, des jours de récupération, des RTT, sont aussi envisageables.

Le cadre de travail

De plus, il est important de moderniser et d’améliorer le cadre de travail.

Sous l’influence du milieu des start-up, beaucoup d’entreprises proposent maintenant des espaces de travail de plus en plus agréables et personnalisés.

Les bureaux sont souvent des open spaces. Il y a des espaces détentes avec des canapés, des baby-foots (fort connus) ou d’autres divertissements. Parfois même, des salles de sport se trouvent directement dans les locaux.

5/ Accompagnement, formation et perspectives d’évolution 🎓

Il est important voire primordial de bien intégrer les nouveaux embauchés.

En effet, intégrer un nouveau poste, une nouvelle entreprise et équipe n’est pas chose aisée. De plus, le flot d’informations reçu dans les premiers jours d’embauche peut stresser, voire décourager et faire fuir un nouveau collaborateur.

Près d’un candidat sur 5 quitterait l’entreprise après son premier jour.

Pour éviter cela, il faut un suivi régulier du talent qui vient de rejoindre la société.

Proposer des missions adaptées et progressives, le présenter à l’équipe, le laisser prendre quelques libertés. L’assister et être disponible sont des éléments clés pour l’aider à prendre ses marques et intégrer ses responsabilités.

GIF arriver dans une nouvelle entreprise

Si le suivi pendant la période d’intégration est important et plus régulier, l’idéal est de suivre les collaborateurs sur le long terme.

De cette manière, ils peuvent aspirer à de nouveaux objectifs. Proposer un suivi, une formation continue ou des formations ponctuelles permettra aux talents de s’épanouir et de réaliser leurs éventuels objectifs d’évolution.

En effet, la perspective d’évolution est un critère très recherché par les talents de nos jours. Que ce soit pour avoir plus de responsabilités, changer de poste et également faire évoluer leur salaire et avantages.

Un employé ayant la possibilité d’évoluer à 80% plus de chances de rester fidèle à son entreprise.

6 / Un management adapté

Pour appliquer les points cités juste avant, il faut bien évidemment un management compétent.

Même si les postes de management sont souvent convoités, n’est pas bon manager qui veut.

Généralement, les talents attendent des managers qu’ils soient à l’écoute et prennent en compte les demandes ou besoins des équipes. Pour cela, ils doivent faire preuve d’une bonne communication.

Même si le rôle du management est de gérer les équipes et de superviser, les équipes attendent une certaine liberté dans leur travail. Cela permet d’instaurer un climat de confiance et les talents sont plus susceptibles de s’épanouir et d’évoluer.

De plus, les jeunes générations sont plus sensibles à des managers axés sur l’humain plutôt que sur les compétences. Pour faire un parallèle avec les process de recrutement, de plus en plus d'entreprises n’exigent plus le CV des candidats.

Notre conclusion

Les « softs skills » ou le savoir-être prennent maintenant une place de premier plan. Ce sont les aptitudes non techniques, les compétences naturelles généralement liées à la personnalité.

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
C’est quoi un VPN ? À quoi ça sert ?

C’est quoi un VPN ? À quoi ça sert ?

Publié le 18 Mar 2022
Temps de lecture - 6 min.
#Technologie

Vous avez très certainement entendu parler des VPN. Si vous n’avez pas vu de pub dessus, vous êtes au moins tombé sur un partenariat sur Youtube.

Aujourd’hui, cette technologie est en plein boom. En 2021, les téléchargements de VPN ont quasiment doublé en France depuis la période du 1er confinement.

Mais pourquoi cet engouement autour des VPN ? À quoi ça sert ? Comment ça fonctionne ? Est-ce vraiment utile ?

Que faut-il savoir sur les VPN ?

Que signifie VPN ?

VPN est l’acronyme des mots anglais Virtual Private Network, qui signifient Réseau Virtuel Privé.

Un VPN est un système permettant de relier plusieurs appareils connectés à internet via un serveur privé, quelle que soit leur distance. En d’autres termes, c’est un type de réseau sécurisé et privé qui permet de se connecter à internet via un serveur distant.

Comment fonctionne un VPN ?

Il existe plusieurs types de VPN, ceux qui nous intéressent ici sont les VPN grand public.

L’utilisation de ces derniers est devenue très simple.

En effet, aujourd’hui vous n’avez qu’à choisir votre fournisseur parmi les nombreux existants (NordVPN, Cyberghost…) et le télécharger. Il fera ensuite le travail à votre place. Vous n’aurez qu’à vous identifier et à choisir le serveur sur lequel vous voulez vous connecter.

Cependant, il est intéressant de savoir comment ce type de réseau fonctionne.

Le fonctionnement d’un VPN ⚙️

Sans rentrer dans les détails trop techniques, le fonctionnement d’un VPN est relativement simple à comprendre. 

  • Quand vous vous connectez à un VPN, celui-ci authentifie votre client (appareil cherchant à se connecter à internet) auprès de son serveur,
  • Votre adresse IP se modifie pour prendre celle du serveur choisi,
  • Une fois authentifié, le serveur va recevoir toutes les données que vous envoyez ou recevez et il va les chiffrer. Toutes ces données passent alors dans un “tunnel chiffré” qui sera le seul à les recevoir jusqu’à leur arrivée sur le site visité,
  • La technologie de chiffrage utilisée par la majorité des VPN est l’AES qui est un algorithme de chiffrement allant de 128 à 256 bits.

C’est grâce à ce fonctionnement et à l’AES qu’on dit d’un VPN qu’il peut protéger votre activité sur internet.

À quoi sert un VPN ?

Mais à quoi sert un VPN ? Concrètement, il y a plusieurs raisons à l’utilisation d’un VPN. Voici les principales.👇🏼

Protéger vos données 🔒

La raison la plus connue concerne la protection de vos données et de votre connexion internet.

En effet, ce type de réseau est principalement réputé pour chiffrer nos données.

En naviguant dans ce tunnel chiffré, nous sommes censés minimiser notre empreinte sur le web.

Ainsi, les acteurs de la publicité, votre fournisseur d’accès internet (FAI) ou d’autres ne pourront pas suivre votre activité sur le web. Cela peut également compliquer la tâche aux éventuels “cybercriminels” qui en auraient après vos données.

En d’autres termes, une fois vos données chiffrées par un VPN vous pourrez naviguer quasi anonymement sur internet.

Modifier votre adresse IP et votre localisation

Un réseau virtuel privé modifie votre adresse IP. Ce qui permet de ne pas transmettre cette dernière qui est porteuse de nombreuses informations.

Votre adresse IP témoigne de votre choix d’opérateurs internet, des sites que vous avez visités, de votre localisation, etc.

En parlant de localisation, vous connecter à un serveur distant peut vous permettre de modifier votre emplacement. Une méthode pratique pour contourner les blocages géographiques.

Par exemple, même si vous êtes en France, en vous connectant à un serveur placé en Allemagne, vous obtiendrez une adresse IP et une localisation allemande. Certaines personnes faisant du télétravail utilisent parfois un VPN.

Cette fonctionnalité est très connue du grand public pour la raison suivante : cela permettrait d’accéder au catalogue Netflix (entre autres) d’autres pays ! (Spoiler : ce n’est plus le cas.)

Les différentes critiques

Si ces réseaux rencontrent un franc succès ces derniers temps, ils n’échappent pas à différentes critiques.

On voit de plus en plus de critiques et parfois de “débunks” sur les VPN faire surface. Certains fournisseurs ont même été accusés de publicités mensongères.

Voici quelques raisons de ces critiques :

L’utilité des VPN critiquée 🧐

Beaucoup reprochent aux fournisseurs de VPN de vouloir vendre un service “inutile”.

En effet, pour certains passionnés de Tech l’utilisation des VPN n’est en réalité utile que dans certains cas : 

  • Se connecter à un réseau wifi public ou partagé, dans un aéroport ou un hôtel par exemple,
  • Visiter un site http non sécurisé (qui sont de plus en plus rares, car devenir un site https est devenu un critère de référencement sur Google),
  • Contourner une censure géographique pour par exemple accéder aux catalogues d’autres pays sur les plateformes de streaming (mais ce n’est plus réellement possible). En plus d’être assez flou légalement parlant, les plateformes mettent un point d’honneur à bannir les IP détectées comme VPN,
  • Se connecter à un réseau local. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les VPN ont explosé en 2020. Avec le télétravail, les entreprises ont utilisé les technologies VPN pour que leurs employés se connectent à leur réseau professionnel.

Cependant les arguments de protection des données et de sécurité sont vivement contestés.

En résumé, le VPN ne serait pas forcément utile dans la vie de tous les jours d’une personne “lambda”.

Un VPN ne rend pas anonyme

Gif VPN

L’argument phare des fournisseurs de cette technologie serait en partie faux.

En effet, nous vous avons dit plus tôt qu’un VPN permet de changer votre adresse IP et de chiffrer vos données.

S’il est vrai que ces données ne sont pas vues par votre FAI ou un autre éventuel intermédiaire, vos données sont bel et bien reçues par le serveur privé.

C’est alors à vous de voir si vous faites plus confiance à un réseau virtuel privé qu’à un opérateur internet. Comme dit plus haut, cela s’avère utile si vous êtes connecté sur un wifi public pour que celui-ci ne reçoive aucune donnée.

De plus, vos données sont chiffrées dans ce fameux tunnel, mais elles se déchiffrent pour pouvoir accéder au site internet que vous souhaitez visiter. Mais encore, vous aurez tout de même besoin de vous identifier sur certains sites.

Imaginons que vous souhaitez vous connecter à un site comme Facebook. Certes, le site n’accède pas à votre adresse IP mais il peut voir vos autres données comme votre adresse mail, votre nom, prénom… C’est là que la limite de l’anonymat se pose.

Notre conclusion

Vous l’aurez compris, un VPN peut s’avérer relativement utile dans certains cas. C’est un bon moyen de protéger ses données dans les environnements en ligne peu fiables ou de profiter d’un réseau local à distance.

Cependant, il faut savoir décrypter les promesses de certains fournisseurs qui jouent parfois sur les mots pour accorder plus de fonctionnalités à leur système.

En d’autres termes, nous pensons qu’un VPN est certes utile mais pas indispensable, surtout si vous ne rencontrez pas les problématiques citées plus tôt.

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
Les NFT c’est quoi ?

Les NFT c’est quoi ?

Publié le 29 Déc 2021
Temps de lecture - 6 min.
#Technologie

Que vous vous intéressiez à la cryptomonnaie ou non, vous n’êtes sûrement pas passé à côté de toute cette effervescence autour des fameux NFT.

Si depuis début 2020, ces 3 lettres sont dans toutes les bouches et sur tous les écrans, leur concept reste assez flou et compliqué à comprendre.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur ce sujet, vous êtes au bon endroit !

Que faut-il savoir sur les NFT ? 💡

Que signifie NFT ?

NFT est un acronyme venant de l’anglais qui signifie Non Fongible Token soit Jeton Non Fongible en français.

Comme leur nom l’indique, ce sont des « jetons » numériques stockés sur une blockchain (comme Ethereum ou Tezos par exemple).

Pour faire simple, ces jetons sont des certificats de propriété numérique infalsifiables grâce à la blockchain.

Définition de fongible et non fongible

Selon la définition du Larousse, un bien fongible est une chose qui peut être remplacée/échangée par une autre de même nature, qualité et quantité.

Les monnaies ou même cryptomonnaies sont fongibles car interchangeables. Par exemple 1 Bitcoin sera toujours échangeable contre 1 autre, même chose avec 1€.

Par conséquent, si une chose n’en trouve aucune autre avec ces 3 critères similaires, elle est dite non fongible.

C’est cette non-fongibilité qui rend un NFT unique et qui les rends si propices au secteur de l’art.

De quand datent les NFT ?

Le phénomène est devenu viral début 2020.

Cependant, les NFT sont apparus en 2015, avec le projet Etheria World. Le but du jeu est de construire des choses sur une carte en échange d’Ether, la cryptomonnaie de la blockchain Ethereum.

Mais, le concept explose en 2017 grâce au projet Cryptopunks de Larva Labs Studio, toujours sur Ethereum. Ce projet propose de collectionner des personnages pixélisés échangeables contre des ETH (Ether).

Les Cryptopunks, NFT hébergés sur la blockchain Ethereum

À l’époque, 1 personnage valait 1 ETH soit moins de 1€. Aujourd’hui le prix le plus bas d’un cryptopunk se trouve être de 66 ETH soit environ 258 000 USD.

Ce succès pousse Ethereum à créer un format standard de jeton appelé ERC-721. C’est ce format qui permet à un token (jeton) d’être non fongible et unique.

À quoi servent les NFT ?

Concrètement les NFT servent à authentifier des œuvres, biens ou objets virtuels de manière infalsifiable et immuable dans le temps.

Cela permet à l’acheteur d’être l’unique propriétaire d’un actif numérique original. Cependant, cela ne confère pas les droits exclusifs sur celui-ci. En effet, il peut être consulté, copié et repartagé.

Posséder un NFT c’est un peu comme posséder une œuvre dédicacée par l’artiste ou avoir la propriété sur un tableau qui est exposé en musée.

L’acheteur est donc l’unique propriétaire mais n’a pas de droits d’auteur sur le bien. C’est-à-dire que l’auteur seul peut décider de le modifier ou de le dupliquer.

En somme, ce système permet de garantir à l’acheteur qu’il dispose de l’œuvre originale et de protéger les droits d’auteur des artistes ou des auteurs NFT.

D’une certaine manière, les NFT ont mis en place le concept de rareté dans le monde numérique qui, d’ordinaire, est caractérisé par la copie et de partage massif.

Comment fonctionnent les NFT ? 🤯

La blockchain

C’est dans la blockchain, qu’un NFT est rendu unique et non fongible.

En effet, les jetons non fongibles, tout comme les cryptomonnaies “traditionnelles”, ne sont que des fonctionnalités d’une blockchain. Ce sont des actifs numériques émis par cette dernière.

Mais qu’est-ce qu’une blockchain et comment cela fonctionne ?

Concrètement, c’est une technologie qui permet de stocker ou de transmettre des informations de manière transparente, sécurisée et sans système de contrôle central. Chaque blockchain est commune et partagée à tous ses utilisateurs.

Le fonctionnement de la blockchain repose sur un empilement de blocs. Chaque bloc représente une information, une action ou une interaction d’utilisateur.

En somme, c’est une base de données très sécurisée qui conserve l’historique de toutes les interactions et transactions entre les utilisateurs.

De plus, c’est ce système d’empilement de blocs qui rend toute tentative de piratage impossible.

Parmi les blockchains les plus connues se trouve Ethereum, la blockchain du Bitcoin, etc.

L’authentification du NFT

Comme nous l’avons expliqué, la blockchain conserve l’historique de chaque action depuis sa création. C’est cette technologie qui permet l’authentification d’un Jeton.

Chaque action d’un utilisateur, (création, enregistrement, échange etc.) sur un NFT est stockée en bloc sans limite de temps.

De plus, chaque bloc est consultable par tous et ne peut être modifié ou falsifié. Auteur, propriétaire (actuel ou précédent)… Chacun peut avoir accès à ces informations à propos d’un NTF.

Comment s’en procurer ? 🧳

Il est relativement « simple » de se procurer un NFT.

Tout comme les autres cryptomonnaies, il faut posséder un « Crypto Wallet », ou un portefeuille à crypto, comme Metamask ou eToro par exemple. L’inscription sur un wallet est très simple. C’est grâce à ce portefeuille que vous pouvez interagir avec la blockchain pour acheter, échanger et stocker les jetons.

Par la suite, pour trouver les fameux NFT et interagir avec la blockchain, il faut passer par des plateformes dédiées, comme OpenSea, Rarible ou Superare et y connecter votre Wallet.

S’il existe, il est possible de passer directement par le site dédié au NFT convoité.

Enfin, généralement les NFT s’échangent contre de la cryptomonnaie, il faut donc s’en procurer pour l’échanger contre l’œuvre dont vous rêvez.

Qui crée des NFT ? Qui les utilise ?

Tout le monde peut créer un NFT

N’étant soumis à aucune autorisation de production particulière, les NFT peuvent être créées par n’importe qui.

Mais encore, un Jeton peut être créé pour n’importe quel « support ». Une image, une photo, une vidéo ou encore un morceau de musique peuvent devenir des NFT. D’ailleurs, il est aussi possible d’apposer un jeton à un bien physique.

Cependant il y a tout de même quelques étapes à respecter avant de pouvoir produire ses premiers jetons non fongibles.

Les artistes

L’œuvre de Beeple « Everydays: the First 5000 Days » vendue 69,3 millions USD en NFT

Ce système d’authentification et de rareté est particulièrement propice au secteur de l’art. De plus, c’est un moyen de vendre son art sans intermédiaire.

En effet, de nombreux artistes ont recours aux NFT.

C’est le cas des artistes « numériques », soit ceux qui utilisent les ressources numériques et web pour créer leur art. Ce peut être des graphistes par exemple. L’un des plus connus, Mike Winkelman, a d’ailleurs vendu son œuvre « Everydays: the First 5000 Days » contre 69,3 millions de dollars.

Cependant, les artistes « conventionnels » utilisent eux aussi progressivement les jetons non fongibles. Plusieurs chanteurs, comme Lindsey Lohan ou encore Booba (en France) ont proposé des singles en NFT.

Les marques

De nombreuses marques utilisent ce nouveau moyen pour créer de l’engagement. En effet, ce marché représente de grandes opportunités marketing à ne pas rater.

Les marques de luxes sont les premières à pleinement exploiter les NFT. Par exemple, la marque Guerlain qui organise des expositions de tableaux numériques ou Dolce Gabbana qui vend des bijoux NFT.

Nike souhaite également commercialiser une collection de sneakers numériques dans les prochains mois.

L’intérêt des marques pour ces jetons cryptographiques est de créer de l’engagement et d’investir cette nouvelle économie.

De plus, comme nous l’avons mentionné dans notre article sur le métavers, les NFT permettront aux marques d’être présentes dans ce nouveau monde numérique.

Notre conclusion

De prime abord, ce système est très avantageux pour la protection des artistes. Il semble apporter une nouvelle forme d’art et d’économie florissante, pour le moment.

Beaucoup voient en les NFT, une révolution du monde de l’art.

Cependant, le sujet reste relativement complexe et abstrait, cela semble être (pour le moment) un marché de niche. En effet, l’achat semble être réservé aux fins connaisseurs et la création à « l’élite » des célébrités. Pour finir, nous pensons qu’avec la montée en puissance du numérique et l’arrivée du métavers, les NFT ont le potentiel de prospérer.

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
Le métavers, c’est quoi ?

Le métavers, c’est quoi ?

Publié le 18 Nov 2021
Temps de lecture - 6 min.
#Technologie

Vous avez forcément entendu parler du changement de nom du groupe Facebook pour devenir Meta. Ce changement lié à différentes raisons, a été choisi principalement pour coller à un projet que porte le groupe depuis quelques années : le Métavers 👾.

Mais qu’est que le métavers ? Quel est son but et quels en sont les investisseurs ? Si le concept vous paraît un peu flou, vous êtes au bon endroit ! On vous éclaire dans cet article 👇🏼

Que faut-il savoir du métavers ?

Définition

Le mot métavers est la contraction de méta-univers, formé à l’aide des mots méta (qui signifie « au-delà », “après” en grec) et Vers (pour univers). Ce serait donc un univers, ou un monde au-delà, différent de celui que nous connaissons.

À l’origine, c’est l’auteur Neal Stephenson qui l’invente dans son roman cyberpunk de 1992 : Le Samouraï Virtuel. Dans ce livre, le protagoniste crée un univers virtuel dans lequel chaque action a des répercussions dans le monde réel.

Il semblerait que les différents acteurs du métavers s’en soient inspirés pour nommer leur projet.

Quel est le but du métavers ?

Pour faire simple, le métavers est un monde alternatif virtuel et connecté dans lequel nous pourrons évoluer en étant nous-même ou sous la forme d’un avatar. Il sera alimenté par des technologies mêlant réalité virtuelle, réalité augmentée et 3D pour modéliser un univers complet.

Le point fort de cet univers virtuel est qu’il sera persistant. C’est-à-dire, que celui-ci continuera d’évoluer, sous l’action d’autres joueurs, lorsque nous serons déconnectés. Ainsi, ce monde sera dynamique et directement animé par ses utilisateurs.

Vous l’aurez compris, l’objectif est de proposer un monde ultra-immersif au plus proche de la réalité, dans lequel il sera possible de se promener dans différentes zones, de choisir entre plusieurs activités et surtout d’interagir avec d’autres personnes.

Un concept pas si récent

Ready Player One

Le concept n’est pas nouveau car il a été abordé dès 1992 pour être ensuite réadapté de nombreuses fois, notamment au cinéma. Le film Ready Player One de Spielberg sorti en 2018 l’image assez bien avec une idée d’un métavers très évolué.

De plus, des projets de métavers réels ont déjà été pensés. Cependant, les entreprises contraintes par les moyens technologiques ont dû les mettre en stand-by ou les abandonner.

Le jeu Second Life sorti en 2003 et toujours en activité, est un concept se rapprochant le plus d’un métavers. En effet, celui-ci est un univers persistant et entièrement façonné par ses utilisateurs.

Qui sont les acteurs du métavers ?

Meta, anciennement Facebook

Comment ne pas citer le groupe à l’origine de toute cette effervescence autour du métavers, Meta ?

En changeant de nom pour Meta, en rachetant la marque de casque VR Oculus et en développant son jeu vidéo de réalité virtuelle Horizon World, le groupe montre son implication dans ce projet métavers.

Pour Mark Zuckerberg, le métavers est la continuité de l’évolution des interactions sociales. Il imagine le métavers comme un réseau social libéré des écrans et plus immersif. Celui-ci met l’accent sur une sensation de présence dans ce monde virtuel.

Meta se concentre sur les relations sociales et sur l’évolution des interactions numériques grâce au métavers. Le groupe évoque aussi l’utilisation de cette technologie dans le monde professionnel. En effet, à l’époque où le télétravail prend une place de plus en plus importante, ce moyen de communication paraît pertinent.

Leur logiciel Horizon Workrooms, lancé en version test, permet de créer un espace de travail en réalité virtuelle que l’on peut rejoindre à l’aide d’un casque VR.

Microsoft

L’entreprise fondée par Bill Gates compte bien participer au développement du métavers. Cette dernière privilégie l’utilisation professionnelle du monde virtuel.

Le projet Microsoft Mesh est déjà prévu pour 2022. Cette plateforme, à l’image d’Horizon Workrooms de Meta, permettra à des professionnels de se retrouver dans des espaces de travail 3D.

L’entreprise peut déjà compter sur sa technologie de lunettes et casque VR, Hololens pour permettre d’accéder au métavers.

Le géant du jeu, Epic Games

On peut finalement dire que les créateurs de jeux vidéo ont en quelque sorte déjà mis en place les bases du métavers.

C’est notamment le cas de l’éditeur Epic Games, qui a organisé différents concerts (avec Travis Scott ou encore Ariana Grande) dans son jeu multijoueur, Fortnite.

Le dirigeant, Tim Sweeney, a d’ailleurs affirmé vouloir prendre part à cette innovation et prévoit d’y investir plusieurs milliards de dollars.

Ce dernier défend une autre vision de ce monde virtuel, plus axée sur le divertissement et le commerce.

Des visions différentes pour un univers commun

Finalement, l’idée n’est pas de créer autant de métavers qu’il y a d’entreprises concernées ou de visions de celui-ci.

À terme, les différents projets se rejoindront dans un seul et même univers ou les utilisateurs pourront naviguer librement.

Les problématiques et potentiels dangers du métavers

Devant cette nouvelle évolution de la technologie, beaucoup de questions se posent, à juste titre.

Économie du métavers

Métavers et NFT

On sait d’ores et déjà qu’il sera possible d’effectuer des achats dans cet univers. D’ailleurs, le projet de Tim Sweeney est de développer cette nouvelle forme d’e-commerce.

De plus, plusieurs marques (comme Gucci) prévoient de s’associer aux acteurs du métavers pour y être présents.

Alors cette notion d’achat implique forcément une économie interne. Il paraît alors évident que les cryptomonnaies s’invitent dans ce monde virtuel. Le système d’économie basé sur la blockchain et sur les NFT (Non Fungible Token) est déjà fortement envisagé.

L’enjeu principal ici sera de réguler cette nouvelle économie “hybride” entre actifs “physiques” et “virtuels” et d’éviter les dérives et les contrefaçons possibles des monnaies en ligne.

Quels dangers sur la santé ?

À l’heure où le numérique prend déjà une part importante dans nos vies, le métavers peut inquiéter. On peut s’interroger sur les dangers qu’il pourrait engendrer, sur la santé mentale notamment.

Le fait d’interagir dans un monde ultra-immersif pourrait déconnecter certaines personnes de la réalité. Ou au contraire, le retour à une réalité peut-être moins intéressante que notre vie virtuelle, peut causer quelques problèmes.

Certains s’inquiètent également des répercussions sur le physique. Par exemple, avec le fait de ne plus sortir pour avoir d’interactions sociales ou avec l’utilisation prolongée des équipements VR.

Les données personnelles

Le principe même du métavers est de façonner notre environnement virtuel selon nos goûts et notre personnalité.

Donc, tout ce que nous ferons dans cet univers sera collecté et stocké dans une base de données. La question de la protection de nos données personnelles se pose alors.

Notre conclusion

La course au métavers est lancée pour les GAFA et les entreprises de la Tech. Il est certain que ce projet est une innovation de grande ampleur qu’il faut suivre de très près. Que l’on soit pour ou contre, cela apportera de gros changements numériques et sociétaux.

De notre côté, on est à la fois pressé et un peu terrifié de voir ce que peut donner ce projet de métavers… 👾 Et vous ?

Post Scriptum : Questions emplois, Facebook, ou plutôt Méta, entend créer 10.000 emplois, ne serait-ce qu’en Europe. Alors qui sait ? Peut-être qu’on vous proposera des emplois liés au métavers prochainement 👀

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
Pourquoi aligner les équipes Sales et Marketing ?

Pourquoi aligner les équipes Sales et Marketing ?

Publié le 29 Oct 2021
Temps de lecture - 6 min.
#Candidats

Qu’est-ce que le Sales et Marketing ?

Si vous travaillez ou cherchez un job dans le secteur du marketing ou de la vente vous entendrez forcément parler des équipes sales et marketing.

De nos jours et encore plus à l’air du digital, les métiers de ces domaines prennent une place de premier plan dans les entreprises, quel que soit leur secteur.

Seulement, les différences entre les équipes commerciales (sales) et marketing peuvent vous échapper ou vous paraître floues, pas de panique on est là pour vous éclairer ! 👀

Trop souvent ces deux services sont soit confondus soit littéralement opposés. Le fait est que sans être compléments identiques ou différents, ces deux services sont complémentaires et ont un objectif final commun, à savoir : générer des revenus. 💰

Mais quelles sont les différences ? Pourquoi la collaboration des équipes sales et marketing est importante ?

Définition du Marketing

Le marketing au sens large désigne l’ensemble des techniques et des actions qui s’inscrivent dans une stratégie visant à étudier, comprendre et influencer le comportement et les besoins des consommateurs.

Il combine plusieurs disciplines comme les techniques d’études des besoins (études de marché), les différentes techniques de communication et d’adaptation au comportement des consommateurs (notamment avec le marketing mix : Produit, Prix, Communication et Distribution).

Quel est son rôle ?

Concrètement, il sert à identifier et répondre aux besoins, cibler et attirer des prospects (qu’on appelle aussi Leads) vers les produits/services qu’elle propose.

Il permet également de fidéliser les consommateurs et de pérenniser la relation. C’est aussi grâce au marketing que l’image d’une entreprise se construit.

Quels sont les métiers du Marketing ?

Les métiers du digital représentent une grande majorité des métiers du marketing. Cependant ils offrent tout de même une grande diversité.

Souvent chaperonnés par un Responsable Marketing (qui établit les stratégies et coordonne les équipes), on retrouve les :

  • Social Media Manager qui gère la stratégie de communication via les réseaux sociaux,
  • Community Manager qui déploie la stratégie et se charge de leur gestion,
  • Trafic manager qui s’occupe d’améliorer la génération de trafic sur le site Internet via des techniques SEO ou SEA,
  • Chef de projet Web qui se charge des projets liés au site Internet (création, refonte…), il peut faire appel à des notions d’UX/UI design,
  • Content Strategist/Producer qui se charge de la création de contenus,
  • Responsable CRM qui est chargé de tout ce qui est lié à la base de données, il est amené à utiliser des logiciels de CRM comme Hubspot, Salesforce ou Zoho CRM,
  • Responsable E-commerce qui décide de la stratégie de vente en ligne.

Définition des Sales

La partie Sales (ou ventes/commerce) comme son nom l’indique, s’axe plus sur les ventes et la relation client directe.

En effet, les équipes commerciales doivent apporter des solutions d’achats, qui permettront d’atteindre les objectifs de ventes d’une entreprise.

Pour cela, elles font appel aux différentes techniques commerciales et du relationnel pour arriver à vendre et à fidéliser les clients d’une entreprise.

Quel est leur but ?

Concrètement, ils doivent développer et entretenir le portefeuille client d’une entreprise dans le but de réaliser un maximum de chiffre d’affaires.

Tout cela en promouvant ses services et produits.

Quels sont les métiers commerciaux ?

Ici aussi, la dominante digitale est présente mais la relation client prend évidemment aussi une part importante dans les métiers commerciaux.

  • Le Key Account Manager ou Responsable Grands Comptes qui se charge d’entretenir les relations avec les clients importants d’une entreprise et de faciliter les transactions avec eux,
  • Le Business Developer qui doit établir la stratégie commerciale, négocier les accords commerciaux et s’adapter aux besoins des clients, etc.
  • Sales Manager/Head of Sales qui se charge de la stratégie commerciale et d’animer l’équipe en place.

Quelques métiers “hybrides”

Certains métiers sont difficiles à classer dans une seule catégorie car ils sont composés à parts presque égales de ventes et de marketing.

Le métier de Growth Hacker notamment (particulièrement demandé de nos jours), qui doit faire appel aux techniques commerciales comme aux techniques marketing pour remplir son rôle qui est de générer la croissance forte et rapide d’une entreprise.

*Pour découvrir en savoir plus consultez nos fiches métiers et nos offres d’emploi 💼 *

L’alignement des équipes Sales et Marketing : le Smarketing

Smarketing

Les équipes marketing et commerciales sont généralement vues comme deux équipes bien distinctes. En réalité, on peut les considérer comme deux composantes d’une même équipe.

Bien que leurs objectifs respectifs soient différents, ils se rejoignent et permettent ensemble d’atteindre leur objectif commun qui est d’augmenter les revenus de l’entreprise.

On explique cette complémentarité par le fait que grâce aux études et à la compréhension des besoins et attentes des consommateurs menées par le service marketing, les services commerciaux peuvent mettre en place un plan d’action adapté et répondre au mieux à ces besoins.

En d’autres termes, alors que le marketing se charge d’attirer des prospects vers une entreprise et ses produits, les Sales se chargent de transformer les leads générés en clients.

La mise en place d’un tel alignement permet aux deux équipes de se concentrer et donc de se spécialiser dans leurs domaines respectifs pour y être plus efficaces, ce qui conduit à :

  • Un cycle d’achat plus rapide
  • Un taux de conversion de leads à clients plus important
  • Une augmentation du chiffre d’affaires
Notre conclusion

En plus d’améliorer les relations entre les différentes équipes, le Smarketing semble être une stratégie efficace à la croissance d’une entreprise et pour générer des revenus rapidement et durablement. 🤝 Vous partagez notre avis ?

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.