Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule
Particule

Catégorie : #Candidats

Dompter et optimiser son profil LinkedIn en 10 conseils

Dompter et optimiser son profil LinkedIn en 10 conseils

Publié le 12 Oct 2022
#Candidats

On ne vous présente plus le premier réseau professionnel au monde, nous avons nommé, LinkedIn.

Vous avez sûrement dû entendre qu'optimiser son profil LinkedIn était très important.

Quoi qu’on en pense, le réseau devient de plus en plus "nécessaire" lorsque l’on recherche un emploi. D’autant plus de nos jours, à l’ère du digital et de la présence en ligne.

Mais alors pourquoi avoir un profil LinkedIn ? Et comment l’utiliser au mieux ? On vous explique tout ça juste en dessous.

Pourquoi avoir et optimiser un profil LinkedIn ? 🤔

Le but premier de LinkedIn est de mettre en relation des professionnels entre eux.

C’est une véritable mine d’or regorgeant d’offres d’emploi, de recruteurs et de candidats.

Voici ce que le réseau vous permet de faire :

Se faire repérer

Augmenter sa présence en ligne, de plus sur ce type de réseau, permet de vous faire repérer.

Eh oui, LinkedIn est le terrain de jeu préféré des recruteurs et autres chasseurs de têtes (on en sait quelque chose).

Rien que le fait d'avoir un profil public est un avantage lors d'une recherche d’emploi. Alors un profil optimisé et bien alimenté sera un véritable plus.

Employeurs en recherche de candidats, ou autres cabinets de recrutement pourront se faire une idée plus ou moins précise de votre profil et ainsi vous contacter facilement.

Se faire repérer sur LinkedIn

Chercher des offres d’emploi

De nombreuses entreprises ou cabinets de recrutement communiquent et regroupent leurs offres d’emploi sur ce réseau. Ce qui permet de disposer d'un très large choix d'offres, quel que soit le secteur d'activité souhaité.

Vous pouvez également postuler directement via l’interface de Linkedin. Option très pratique qui permet en un clic de partager directement votre profil au recruteur. Plus besoin de CV (ou presque) donc. 😉

Construire son réseau professionnel

En tant que réseau social, LinkedIn permet de se connecter à de nombreuses personnes et en l'occurrence, à des professionnels.

LinkedIn est un réseau beaucoup utilisé pour le réseautage, ce qui n'est pas négligeable lors d'une recherche d'emploi.

Cependant, veillez à ajouter les bonnes personnes en adoptant de bonnes pratiques. On vous explique comment faire plus bas.

Pourquoi bien soigner son profil ?

Vous l’avez compris, de nombreux professionnels sont susceptibles de tomber sur votre profil, et parmi eux se trouveront des recruteurs.

La première impression est très importante. De la même manière que vous soignez votre CV, soignez votre profil LinkedIn !

Votre profil est un CV amélioré et il peut même faire office de portfolio.

Il va de soi qu’un profil bien renseigné et attractif donnera envie d'en apprendre plus sur vous. À l’inverse un profil négligé, ou peu sérieux pourrait vous desservir.

En effet, un recruteur séduit et intrigué par votre profil sera plus susceptible de s'intéresser à vous et de vous contacter.

Comment optimiser son profil Linkedin ? 💯

Pour commencer, complétez un maximum votre profil (ça tombe bien, LinkedIn vous guide là-dessus) et ensuite, faites-le vivre.

1/ Ajoutez une photo de profil

Selon une étude publiée par LinkedIn, les comptes ayant des photos de profils enregistrent 14 fois plus de visites que les autres. Alors mettez-en une !

Choisissez une photo ou vous êtes à l’aise et souriant de préférence.

Soyez professionnel, que ce soit dans le choix de photo que dans la pose, en restant si possible, naturel. Essayez de ne pas être trop solennel ou trop familier.

Choisissez une tenue simple, pourquoi pas en rapport avec le poste que vous visez et placez-vous devant un fond neutre avec un éclairage naturel.

Vous n'avez pas de fond ? Voici une petite astuce : détourez-vous et mettez le fond qui vous plaît. De plus en plus de personnes le font, en choisissant une couleur qui match avec leur Personal Branding.

2/ Ajoutez une bannière

Elle est plus rarement utilisée mais elle fait son petit effet. Avoir une bannière habillera votre profil et le rendra plus agréable à consulter.

Vous pouvez y mettre votre intitulé de poste, une présentation ou alors rester neutre, avec une bannière simplement décorative.

Comme pour la photo de profil, évitez quelque chose de trop familier.

3/ Personnalisez votre URL pour optimiser son profil LinkedIn

LinkedIn vous donne la possibilité de personnaliser votre URL de profil.

On vous conseille de la modifier en utilisant votre nom et prénom pour être plus simple à trouver et mieux “référencé”.

De cette manière, il sera plus facile de vous trouver en tapant votre nom directement sur Google. Vous pouvez ajouter votre poste s’il n’est pas trop long.

4/ Complétez votre intro

Tout comme sur un CV, vous pouvez y ajouter votre localisation, secteur d'activité, situation actuelle et bien évidemment, vos coordonnées. Renseignez un maximum d’informations !

Vous ne souhaitez pas rendre publiques vos coordonnées ? Nous vous conseillons d'au moins renseigner une adresse e-mail professionnelle ou dédiée à votre recherche d’emploi.

Dans cette section il est même possible d’ajouter la prononciation de votre nom, ce qui peut éviter les erreurs.

Ensuite, remplissez votre titre. Celui-ci est régulièrement utilisé pour mettre l'intitulé de poste occupé ou recherché. Cependant, rien ne vous empêche de mettre une phrase accrocheuse avec des mots-clés liés à votre activité.

Exemple de profil optimisé sur LinkedIn
Profil Linkedin optimisé.

5/ Travaillez votre résumé

La partie dédiée au résumé est l’endroit parfait pour vous exprimer et ainsi vendre votre profil.

C’est en quelque sorte votre lettre de motivation. Utilisez-la pour parler de vous, de ce que vous recherchez, de vos principales qualités.

Cependant, restez synthétique ! Il faut qu’il interpelle et donne envie d’être lu. Soyez impactant et original. On vous conseille de fonctionner en entonnoir, mettez les infos les plus importantes en priorité.

Par exemple : 

  • Votre situation actuelle,
  • Votre domaine d’activité, 
  • Vos motivations et qualités,
  • Vos créations et vos réalisations clés (si vous en avez).

Si vous avez un portfolio en ligne, un site de votre création ou autre, insérez les liens dans cette section.

6/ Détaillez vos expériences et vos formations

Imaginez votre profil LinkedIn comme votre CV !

Renseignez vos expériences professionnelles les plus cohérentes. Listez vos missions et mettez en avant les compétences que vous avez acquises à chaque poste.

Listez également vos formations scolaires ou professionnelles. Vous pouvez également citer vos certifications (TOEIC, Google Analytics...), ce qui peut faire la différence entre vous et d'autres candidats.

7/ Remplissez la partie compétences 💪🏼

Il est possible de remplir une partie dédiée aux compétences. Vous pourrez détailler vos différentes qualités et votre savoir-faire.

De plus, les personnes de votre réseau ont la possibilité de les recommander publiquement. Ce qui représente un avantage indéniable pour vous vendre. Évidemment, la qualité des votes à son importance. Privilégiez les personnes du même secteur et qui sont elles-mêmes, reconnues.

Profitez-en pour en citer un maximum, tout en restant honnête, les compétences recommandées seront mises en avant par rapport aux autres.

8/ Pensez au SEO

On entend beaucoup parler du SEO (Search Engine Optimisation) pour les sites web mais il a aussi un rôle sur les réseaux sociaux.

Pensez à optimiser le référencement de votre profil en choisissant les bons mots-clés liés à votre recherche et activité.

Utilisez ces mots-clés plusieurs fois, dans les intitulés de poste, vos expériences et pourquoi pas dans votre résumé. Attention à ne pas trop les spammer non plus.

De cette manière les recruteurs auront plus de chances de tomber sur votre profil en tapant un nom de poste par exemple.

Utilisez aussi cette technique pour vos publications !

9/ Développez votre réseau

Collègue

C’est la fonction principale de LinkedIn après tout. Agrandissez votre réseau de manière logique.

Commencez par ajouter vos amis, connaissances, anciens et/ou actuels collaborateurs.

Ajoutez ensuite des personnes pertinentes de votre secteur. Connectez-vous à des personnes travaillant dans le même domaine que vous ou dans une entreprise que vous aimeriez approcher.

Mieux encore, ciblez les responsables du recrutement ou les cabinets qui peuvent être susceptibles de vous proposer des offres d'emploi.

Conseil : quand vous vous connectez à quelqu’un, n’hésitez pas à envoyer un message pour expliquer votre geste. Vous aurez ainsi un meilleur contact (personnalisé) avec la personne qui sera éventuellement plus réceptive à votre profil.

10/ Publiez du contenu

Publier régulièrement est un excellent moyen d'optimiser son profil LinkedIn. En effet, cela permet d'augmenter votre visibilité et d'ainsi faciliter vos chances d'être repéré.

Enrichissez votre profil en partageant du contenu divers. Indiquez votre recherche d'emploi, partagez du texte informatif ainsi que vos différents travaux.

LinkedIn permet le partage de plusieurs formats (vidéos, carrousels, sondages, etc.). Exploitez ces différentes possibilités. Postez un article que vous avez écrit, le lien d'un site que vous avez réalisé, de votre portfolio ou encore d'un CV vidéo bien réalisé.

Cependant, la tâche peut être chronophage. Il n'est pas nécessaire de publier du "gros" contenu tous les jours.

Vous pouvez également marquer votre présence en interagissant avec votre réseau. Échangez, partagez et commentez des posts d'autres personnes ou groupes. Souvent, elles vous le rendent bien.

BONUS : Certaines personnes travaillent leur Personal Branding via LinkedIn. C’est-à-dire, qu'elles communiquent et se "vendent" comme une marque le ferait. Souvent, ce sont des free-lances ou gérant d'entreprises qui utilisent cette technique.

Si vous en avez l'envie et le temps à y dédier, pensez-y ! C'est un excellent moyen de vous faire connaître.

Notre conclusion ☝️

En réalité, mis à part certains contenus parfois postés sur le réseau 🤐, utiliser LinkedIn n’a presque que des avantages.

C’est un puissant allié dans une recherche d’emploi, qu’elle soit active ou passive.

Ce réseau vous permet de chercher activement un travail grâce aux offres d’emploi publiées, d’être repéré et contacté par des entreprises ou divers recruteurs. Et tout cela gratuitement.

À l’heure actuelle, on vous conseille fortement d’optimiser votre profil LinkedIn et de le tenir à jour régulièrement même si vous n’êtes pas en recherche d’emploi.

Qui sait, on tombera peut-être sur votre profil avec une offre à vous proposer qui vous sera impossible de refuser. 😉

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
Pourquoi créer un portfolio et à quoi ça sert ?

Pourquoi créer un portfolio et à quoi ça sert ?

Publié le 05 Sep 2022
#Candidats

Initialement associé aux métiers créatifs, le portfolio peut s’avérer utile dans les secteurs de la tech et du digital.

En effet, de plus en plus de personnes en préparent un, qu’ils soient en recherche d'emploi ou non.

Mais à quoi cela sert-il ? Dans quel but est-ce utile ?

Dans cet article on répond à toutes vos interrogations. 👇

1/ Qu’est-ce qu’un portfolio ?

Globalement un portfolio vient en complément du CV. Là où ce dernier sert surtout à lister vos expériences ainsi que vos compétences, le portfolio permet de les montrer de manière concrète.

C’est en quelque sorte votre vitrine. Autrement dit, il sert à regrouper et à exposer vos différents projets et travaux, professionnels ou personnels.

2/ Pourquoi faire un portfolio ?

Créer sa propre vitrine a de nombreux avantages que nous allons vous présenter ci-dessous.

Démontrez vos compétences

Comme dit précédemment, avoir son portfolio permet de montrer ses compétences grâce à des exemples de projets concrets.

Il sert de support aux compétences que vous avez listées dans votre CV. Il permet de les justifier et de démontrer votre niveau de maîtrise sur chacune d'entre elles.

C’est un avantage à ne pas négliger car il permet de donner un premier aperçu de vos compétences, plus précis que votre CV. Envoyer votre portfolio c'est se donner l'opportunité de prouver votre valeur sans avoir à attendre un entretien.

De plus, il permet au recruteur de se projeter sur votre profil. Le portfolio le renseigne sur votre style et sur votre niveau technique : logiciels et/ou technologies.

Vous gagnerez des points si vos différents travaux correspondent au poste que vous souhaitez occuper.

Démarquez vous

Vous l’aurez donc compris, exposer ses projets et ses compétences permet de se démarquer de la concurrence.

Du coup, cela vous procure un grand avantage par rapport à ceux qui n’en créent pas.

En effet, le but premier du portfolio est de démontrer vos compétences aux recruteurs ou aux personnes susceptibles de vous embaucher. Si vos travaux sont visibles, un recruteur peut plus facilement se projeter et savoir si votre profil correspond à ce qu'il attend.

3/ Qui en a besoin ?

Un portfolio vous est très utile si vous êtes en recherche active comme passive, d’un emploi.

Il a plusieurs utilités et peut être utilisé à plusieurs moments. Vous pouvez vous en servir lors de vos candidatures, pour appuyer votre CV ou alors, l’emmener en entretien pour pouvoir montrer au recruteur de quoi vous êtes capable tout en argumentant.

C’est l’outil de base de tous professionnels free-lance, qui s’en servent pour décrocher des contrats.

Il est pertinent de monter un portfolio pour les métiers créatifs et techniques comme les :

4/ Les différents types de portfolio

Il y a plusieurs manières de mettre en avant vos travaux. À vous de choisir le format le plus adapté à vos créations et à votre secteur d’activité.

Format papier / PDF

C’est la version la plus classique. Vous pouvez compiler vos différents projets sur un “book” imprimable.

Regrouper les échantillons de votre travail sur ce document en les organisant par chronologie ou par pertinence, suivant la personne à qui vous l’adressez. Ce format est pratique pour les présentations lors d'entretiens.

De nos jours, il est plus rare de postuler avec du papier. Ce format vous permet donc, sous format PDF de l'envoyer facilement au recruteur lorsque vous postulez à une offre.

Vous pouvez le présenter sous plusieurs formats : carrousel, livret numérique... En version numérique les choix sont infinis.

Pour créer votre portfolio de rêve, vous pouvez vous aider de sites comme Canva ou Indesign.

Les réseaux sociaux

Beaucoup choisissent d’exposer leurs créations sur les réseaux sociaux. Leur côté viral peut vous faire gagner facilement en visibilité.

Les personnes des métiers visuels utilisent beaucoup Instagram par exemple, LinkedIn est aussi souvent choisi pour son côté professionnel.

Il existe une multitude de façons de présenter vos travaux sur ces plateformes. Il est facile de partager vos projets et de les contextualiser via un compte dédié.

L'un des avantages qu'offrent les réseaux sociaux est la visibilité qu'ils offrent. De plus, cela offre la possibilité de créer et d'animer une communauté autour de votre travail.

De cette façon vous pouvez dynamiser votre portfolio en mettant souvent à jour votre profil et en postant régulièrement vos créations.

Le site web

Depuis quelques années, le format du site Web prend le pas sur les autres.

En effet, c’est un moyen simple et efficace de rendre votre portfolio visible par un grand nombre de potentiels recruteurs.

Plusieurs choix s'offrent à vous pour ce format.

Des sites comme Behance ou Weebly vous permettent de créer votre portfolio en ligne et de le publier. Cet outil devient en quelque sorte, votre hébergeur avec votre lien personnalisé, simple à partager.

Il vous est possible de créer votre propre portfolio via Wordpress, Wix ou d’autres CMS (Content Manager System) consacrés à vos travaux. C’est une approche qui plaît particulièrement, car elle est personnalisée et montre également vos compétences sur la partie création de site web.

Si vous êtes dans un métier technique, dans le développement web par exemple, vous pouvez utiliser Github ou développer votre propre site Web. Qui deviendrait par ailleurs une création à part entière.

5/ Que mettre dans son portfolio ?

Des projets personnels et professionnels

Pour un portfolio bien rempli et cohérent, vous pouvez y mettre vos projets professionnels comme personnels s’ils ont un rapport avec votre métier.

Mettez ce que vous avez réalisé pour votre travail mais aussi des projets que vous avez fait pour d’autres raisons, par hobby, pour une association, etc.

Souvent les travaux personnels sont plus parlants et plus complets car ils ne sont pas “bridés” par des attentes extérieures.

Sélectionnez vos créations

Quoi qu’il en soit, ne mettez pas toutes vos créations. En effet, pour plus d’impact et de lisibilité il faut rester simple et épurer son portfolio.

Exposez vos travaux les plus représentatifs, les plus originaux ou les plus complets. Faites en sorte qu’ils soient cohérents entre eux et adaptez-les en fonction du métier/poste que vous visez.

Pensez au texte

Exposez ses créations c’est bien, mais les expliquer c’est mieux !

Pensez à ajouter du texte pour expliquer et contextualiser vos créations. Par exemple, décrivez brièvement pourquoi ce projet a vu le jour, à quelle date, pour quelle raison ou pour quel client.

Mentionnez le brief, l’objectif et le résultat obtenu. Les explications techniques sont les bienvenues et un véritable plus.

Évidemment, pensez à vous présenter de manière brève et introduisez quelques informations personnelles.

Par exemple dans une section “à propos” dans laquelle vous ajouterez également vos coordonnées.

Ajoutez des références

Si vous avez travaillé pour plusieurs clients, ou entreprises et qu’ils acceptent d’être cités, recueillez leurs avis.

Dédiez un espace pour citer et lister leurs témoignages, avis et recommandations. Avoir des références est un atout non négligeable et fera grandement la différence.

Cependant, restez mesuré et honnête, n’inventez pas de fausses références ou n'en faites pas trop.

Priorisez la forme du portfolio

Comme pour un CV, la première impression compte beaucoup.

Veillez à bien soigner la présentation de votre portfolio de la première à la dernière page. Il faut que celui-ci captive et mette en valeur le plus possible vos projets.

Dans ce type de document, les recruteurs ne vont retenir que les informations qui les intéressent. Ils ne regarderont pas tous vos projets, c’est pourquoi il est essentiel de laisser une bonne impression visuelle.

Cela s’applique d'autant plus dans les métiers créatifs et liés au design.

Pour conclure 😎

Vous l’aurez compris, le portfolio est un véritable atout dans la recherche d’emploi, d’autant plus de nos jours où la concurrence fait rage.

À l’heure où les recruteurs cherchent à creuser plus loin qu’un simple CV il s’avère très utile.

Contrairement à ce que l’on pense, il peut servir à différents corps de métier et ne s’adresse plus qu’aux créatifs. Les professionnels de la Tech comme les développeurs en utilisent de plus en plus.

Quelle que soit la forme choisie, on pense qu’un portfolio bien fait peut vraiment faire la différence et permet de se démarquer.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
Comment négocier son salaire en entretien ?

Comment négocier son salaire en entretien ?

Publié le 28 Juil 2022
#Candidats

Négocier son salaire en entretien n’est pas un exercice facile.

Souvent mal à l’aise sur la question de l’argent, certains candidats n’osent pas aborder cette partie.

Pourtant, c’est un sujet qu’il est important et normal d’aborder. D’autant plus dans les milieux de la Tech où les compétences des candidats varient énormément.

Si l’idée de devoir négocier votre rémunération vous stress, ne vous inquiétez pas, on vous donne quelques conseils pour le faire au mieux.

Se préparer avant de négocier son salaire

1/ Connaître sa valeur

Afin de déterminer votre valeur, nous vous conseillons de réaliser soit, un bilan de compétences, soit une autoévaluation.

Il est important de connaître vos points forts et les éléments que vous pourriez apporter à votre futur employeur pour décider d'un salaire adéquat.

Pour cela vous devez prendre en compte plusieurs facteurs :

  • Votre expérience : De manière générale, plus vous en avez, plus vous pouvez prétendre à un salaire élevé. Les profils séniors gagnent généralement plus que les profils juniors. Même si cela ne fait pas tout.
  • Vos compétences : Listez ce qui sera utile à votre futur poste, ce que vous apporterez à l’entreprise. Appuyez sur les compétences les plus originales ou que peu de gens maîtrisent, qui se prêteraient parfaitement au poste.
  • Votre précédent salaire : Dans le cas où vous travaillez dans ce secteur, basez-vous sur votre rémunération actuelle et ce qui vous pousse à changer de poste et de prétentions salariales. Votre salaire peut servir de points de comparaisons. Vous pouvez également demander une référence à votre ancienne entreprise, qui pourra vous aiguiller sur ce que vous valez.

2/ Informez-vous sur le marché

Renseignez-vous sur le marché et les tendances salariales du secteur d’activité. Si possible, informez-vous sur les tendances de l’entreprise directement.

Également, il faut prendre en compte le secteur géographique. En effet, les salaires ne seront pas les mêmes dans les métropoles que dans les petites villes. Par exemple, à Paris ils sont plus élevés qu'en Province.

De la même manière, la concurrence et la demande pour votre poste vont beaucoup jouer sur vos prétentions salariales. Si vous exercez un métier très demandé, négocier un salaire plus élevé n’en sera que plus facile.

Pour consulter les salaires moyens pratiqués sur votre futur poste, vous pouvez consulter les études de salaires que publient certaines entreprises ou certains sites.

D’ailleurs, si vous cherchez à vous positionner dans le milieu de la Tech, allez consulter notre Baromètre des salaires !

Pour avoir une idée plus générale, Linkedin offre une solution qui permet de simuler un revenu potentiel : Linkedin Salary.

3/ Avoir une fourchette en tête

Grâce aux éléments précédents, vous devriez être capable d’établir une fourchette de salaire. En cherchant le juste équilibre entre vos compétences et les pratiques du marché, vous arriverez plus ou moins à déterminer ce que vous valez.

C’est en ayant cette fourchette en tête que vous pourrez ensuite vous défendre en entretien pour négocier votre salaire.

Il est plus facile de négocier en donnant une fourchette plutôt qu'avec un chiffre brut. En effet, cela vous permet d’avoir une certaine marge de manœuvre et d'adoucir un peu votre demande.

Dans les métiers où votre salaire inclut une partie variable, définissez bien vos attentes en fixe et en variable.

Négocier son salaire à l’entretien

4/ Choisir le bon moment

Cela paraît logique, mais le choix du moment est crucial quand il faut parler salaire.

Le mieux est d’attendre que le recruteur aborde le sujet. S’il ne le fait pas, nous vous conseillons de le lancer en fin d’entretien, une fois que vous aurez défendu votre profil et vendu vos compétences.

Dans l’éventualité où vous passez plusieurs entretiens, le mieux est de commencer votre négociation salariale à la fin du second.

Passer un deuxième entretien montre que le recruteur est intéressé par votre profil, c'est un léger avantage pour vous.

Dans le cas où le recruteur évoque une fourchette de rémunération au premier entretien, donnez en une à titre indicatif. Cependant, le temps de la négociation viendra après.

5/ Défendez votre salaire

Certes, vous vous êtes déjà vendu pendant l’entretien mais c’est ici qu’il va falloir insister.

Expliquez clairement pourquoi vous pensez mériter ce salaire.

Mentionnez les compétences que vous possédez qui collent le mieux au poste.

Aussi, expliquez la réelle plus value que vous apporterez à l'entreprise grâce à vos connaissances complémentaires que d’autres n'auraient pas forcément pour ce poste. Attention à ne pas exagérer et à en faire trop, restez honnête.

En d’autres termes, justifiez ce qui vous rend unique et par conséquent “plus cher”.

Également, n’hésitez pas à comparer avec vos expériences précédentes. Plus mesurément, si vous avez reçu une offre d’une ou plusieurs autres entreprises, mentionnez le également.

6/ Échangez avec le recruteur

Osez en parler ! C'est un sujet qu'il est tout à fait normal d'aborder et qui fait partie intégrante d'un entretien.

N'ayez pas peur de négocier, mais n’oubliez pas que le but d’un entretien est de faire bonne impression.

Le moment de la négociation n’est pas une confrontation, c’est un échange. Restez cordial et ne soyez pas sur la défensive. Garder l'esprit ouvert à d'éventuelles contres propositions.

Le recruteur n’est pas foncièrement contre vous, entendez ses arguments et présentez les vôtres de manière factuelle et posée.

Cela prouve une certaine maturité à aborder un sujet comme celui-ci et à pouvoir débattre de manière constructive.

7/ N’oubliez pas les avantages et bonus

N’oubliez pas de prendre en compte les éventuels bonus (13ème mois, primes d’intéressement...) et les avantages en nature !

Certains avantages comme le télétravail, des horaires flexibles, des RTT, une voiture de fonction, ou autre, peuvent compenser une éventuelle baisse de salaire.

Négocier son salaire sans prendre en compte ces paramètres ne serait pas pertinent.

S'ils ne sont pas déjà mentionnés dans la fiche de poste, ils peuvent faire office d’arrangements. En effet, dans le cas d'une négociation bloquée, le recruteur ou vous-même ; pouvez proposer ce genre d'avantages en guise de compromis.

8/ Proposez une réévaluation de votre salaire

Dans certains cas, notamment dans les métiers de la vente, il est possible de demander une réévaluation de son salaire à la fin de la période d'essai.

Dans l'éventualité ou le recruteur vous fait une offre non négociable c'est une carte que vous pouvez jouer. Proposez à l'entreprise de rehausser votre salaire si les objectifs fixés pendant votre période d'essai ont été atteints.

Cette solution est intéressante pour vous comme pour le recruteur, elle mérite d'être abordée. Elle permet de faire vos preuves et de montrer que vous méritez amplement le salaire demandé. Pour le recruteur, elle permet de mesurer les risques.

C'est une manière de faire un pas vers le recruteur, qui pourrait à son tour, faire un pas vers vous.

9/ Formalisez par écrit

Généralement, les entreprises fournissent automatiquement un document écrit, telle qu'une offre ou une promesse d'embauche, avant d'établir le contrat.

Si ça n'est pas le cas, demandez que cet accord soit formalisé à l'écrit. Non seulement le salaire, mais également les autres avantages négociés comme la réévaluation de salaire, etc.

Veillez également à obtenir la signature du recruteur en plus de la vôtre, apposée sur ce document. Cela permet d'officialiser cet accord et de le rendre plus concret.

C'est une façon de vous protéger, vous, ainsi que le recruteur.

Pour conclure

Vous l’aurez compris pour bien négocier son salaire, il faut se préparer.

Il est indispensable de faire un bilan et de scanner le marché pour avoir une idée plus ou moins précise de ce que vous valez.

De cette manière, votre négociation n’en sera que plus simple et plus efficace.

N’oubliez pas que ce n’est pas un sujet tabou et qu’il est normal d’en parler ! Abordez le sujet en en faisant un échange ouvert.

PS : Si vous passez par UNLCK, on se charge nous-même de négocier votre rémunération auprès des employeurs. Pratique n’est-ce pas ? 😎

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
14 conseils pour organiser sa recherche d’emploi en 2022

14 conseils pour organiser sa recherche d’emploi en 2022

Publié le 19 Juil 2022
#Candidats

Rechercher un emploi est une étape presque incontournable pour tout le monde. Si elle s’avère parfois éprouvante, il existe quelques astuces permettant d’optimiser les chances de réussite.

Découvrez dans cet article tous nos conseils pour organiser sa recherche d’emploi comme un pro. 😎

1/ Définir son projet professionnel et ses objectifs

En premier lieu, définir votre projet professionnel vous permet de faire un point global sur votre situation. C’est l’étape incontournable par laquelle passer. Certaines pistes permettent de questionner votre situation professionnelle. Voilà quelques idées de réflexion :

  • Quel type de poste vous intéresse ?
  • Quel type d’entreprise visez-vous ?
  • Quel est votre périmètre géographique ?
  • Souhaitez-vous avoir du télétravail et à quel rythme ?
  • Quel salaire visez-vous ?
  • Souhaitez-vous diriger une équipe ?

Pour vous aider à situer votre salaire par rapport à votre expérience, nous avons créé notre baromètre des salaires. N'hésitez pas à y faire un tour, vous obtiendrez une estimation claire en quelques clics.

2/ Se situer par rapport au marché

Se connaître est une excellente chose, mais se situer dans un marché réel en est une autre.

Une fois que vous avez dressé la liste de vos souhaits, il faut pouvoir vous positionner sur le marché. Et pour cela, rien de mieux que de faire un état des lieux de votre secteur :

  • Quelles sont les tendances actuelles ?
  • Quels sont les métiers qui recrutent ?
  • Quelles sont les principales compétences recherchées ?
  • Quels sont les salaires pratiqués ?
  • Quels sont les diplômes et/ou formations recherchés par les employeurs ?

Ces questions permettent d’affiner votre recherche pour que vous ne perdiez pas trop de temps. Trier les offres est une étape prenant du temps qui vous serait plus utile ailleurs. Alors plus vous anticipez votre recherche en excluant et incluant certains critères, plus il vous sera facile d’écrémer les offres.

3/ Actualiser et organiser son CV

Maintenant que vous avez vos réponses il va falloir actualiser votre CV.

Pierre angulaire de toute recherche d'emploi, il est essentiel à tout candidat. Le tout est de savoir l'organiser pour y mettre les informations essentielles.

Mettez à jour votre CV avec vos dernières expériences, adaptées à votre recherche actuelle. Vous pouvez rédiger une phrase d’introduction. Elle permet en quelques mots de présenter votre projet au recruteur et d’exposer simplement vos motivations.

L’idéal c’est de modifier cette introduction pour chaque poste pour lequel vous postulez. Cela prend un peu plus de temps mais permet de personnaliser votre candidature.

Nous avons déjà rédigé un article complet sur la création d’un CV efficace, n’hésitez pas à y faire un tour.

4/ Rédiger un texte de motivation

Même si chez UNLCK nous ne demandons pas de lettre de motivation, certaines entreprises le font.

Nous partons du principe que les lettres de motivation ne permettent pas à elles seules de tester les motivations réelles d’un candidat.

Mais soit ! Rien ne vous coûte de préparer une trame présentant votre projet et pourquoi vous postulez dans telle entreprise.

D’ailleurs, lorsque vous envoyez votre candidature, celle-ci peut être accompagnée d’un message. Profitez donc de cet espace pour y exposer en quelques points pourquoi vous candidatez pour ce poste.

Nous pouvons voir cela comme une lettre de motivation raccourcie et c’est toujours plus sympa que de recevoir un CV sauvage.

5/ Préparer un portfolio

On dit souvent qu’une image vaut mieux que mille mots.

Si vous êtes dans des métiers créatifs, cette étape précieuse peut directement vous placer en première place.

C’est la preuve directe de votre savoir-faire alors il n’y a pas à hésiter et il faut vous mettre au travail.

Recensez vos travaux, ceux dont vous êtes le ou la plus fier(e) et expliquez en quelques points les étapes de réflexion de chaque projet.

Essayez de varier les créations afin de montrer tout votre panel de compétences. Si la plateforme par laquelle vous postulez le permet, joignez directement votre portfolio à votre candidature et n’attendez pas qu’il soit demandé par un recruteur.

6/ Soigner son image en ligne

Cela d’autant plus réel si vous êtes dans les métiers du Web, nous vous conseillons de mettre à jour vos profils publics.

Cela passe évidemment par LinkedIn, le réseau social professionnel par excellence.

La plateforme est bien pensée et encourage ses utilisateurs à compléter leur profil via un guide étape par étape.

Il faut voir LinkedIn comme un CV. Nous vous conseillons de lister vos formations et vos expériences en décrivant ce que vous avez fait ou appris à chaque fois.

Mettez une photo ou un avatar digital vous représentant si vous n’êtes pas à l’aise avec la première. Vous pouvez également compléter votre profil avec une photo de couverture (choisie en fonction du secteur ou de votre poste) et avec une description, vous permettant de vous exprimer librement.

LinkedIn permet également d’ajouter des fichiers à votre profil : CV, portfolio… Libre à vous de choisir les options les plus adaptées à votre recherche d'emploi.

7/ Allouer un temps de recherche dédié

Une fois tous vos éléments prêts et réunis, il est temps d’entrer dans le vif du sujet.

Pour une recherche bien organisée, il est important d'y dédier du temps.

Votre quotidien est déjà rythmé et si vous ne vous organisez pas, vous ne le ferez jamais sérieusement et vous laissez interrompre dans votre tâche.

Parce que oui, chercher un travail c’est déjà du boulot (sans mauvais jeux de mots) !

Nous vous conseillons alors de choisir un créneau, par jour ou par semaine (tout dépend de ce que vous recherchez) et de le dédier entièrement à votre recherche.

Isolez-vous de votre famille et coupez-vous des réseaux et de votre téléphone le temps de postuler.

Essayez de découper ces créneaux par tâche à réaliser :

  • Sourcing des offres,
  • Modification et envoi de CV,
  • Rédaction de texte de motivation,
  • Adaptation du portfolio (si besoin),
  • Gestion des e-mails et des relances.

8/ Organiser sa recherche grâce à un suivi

Afin de vous aider dans votre organisation, de gagner du temps et de vous y retrouver facilement, nous vous conseillons de créer un tableau de suivi.

En effet, un tableau bien configuré et entretenu vous permettra de ne jamais perdre de vue vos candidatures et de savoir exactement où vous en êtes à chaque étape.

Il suffit de quelque chose de simple qui regroupe les informations telles que :

  • L’entreprise
  • Son adresse
  • Le poste
  • L’URL de l’offre
  • Nom, prénom du contact principal
  • Les coordonnées du contact principal
  • La date de candidature
  • La date de relance
  • La date d’entretien
  • La date d’envoi de l’e-mail de remerciement
  • Le statut de la candidature

Voilà un exemple de tableau de suivi des candidatures. Nous vous donnons accès à ce tableau, que vous pouvez directement copier dans votre drive.

Organiser sa recherche d'emploi avec un tableau de suivi des candidatures

Mine de rien, ce simple tableau permet en quelques clics de centraliser toutes les informations nécessaires au bon suivi de votre recherche.

Il ne vous arrivera plus jamais de vous faire appeler par un recruteur sans vous souvenir quelle est l’entreprise ou encore le poste concerné.

9/ Être au bon endroit, au bon moment

Si constituer un CV, un profil LinkedIn, ainsi qu’un portfolio ultra-complet est un must have de tout bon candidat, faut-il encore savoir où postuler.

Parce que si votre profil est complètement optimisé mais que vous ne savez pas où postuler, tout ce travail risque de tomber à l’eau.

Il existe de nombreuses plateformes de recherche d’emploi, générales ou spécialisées vers lesquelles vous tourner en fonction de votre domaine d’activité.

Exemples de plateformes :

  • Welcome to the Jungle : l’incontournable des start-ups
  • Choose your boss : la plateforme spécialisée dans les offres informatiques et du numérique
  • Maddyjobs (anciennement AzertyJobs) : spécialisée dans les jeunes entreprises et start-up innovantes
  • Jobs that makesense : pour des emplois dans le développement durable
  • Paris&Co – Jobboard : pour rejoindre les start-ups parisiennes
  • LinkedIn : le réseau social professionnel par excellence
  • HelloWork
  • Monster
  • Indeed
  • Jobteaser

Nous rédigerons bientôt un article sur ce sujet afin de vous présenter les plateformes en fonction de leurs spécialités. 😉

Se faire aider par des cabinets de recrutements

Dans la continuité des plateformes et jobboards, on a les cabinets de recrutement. Tous ne fonctionnent pas de la même façon mais globalement le cabinet vous accompagne dans votre recherche en présentant votre profil à des entreprises (avec votre accord). Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à lire notre article sur les avantages qu’ils peuvent apporter.

Participer à des salons professionnels

Les job dating et salons professionnels ne sont absolument pas à écarter de votre stratégie. Alors oui, ils ne permettent pas toujours de cibler les postes recherchés mais donnent la chance en peu de temps de rencontrer du monde et d’avoir des premiers points de contact.

10/ Utiliser des alertes d’emploi

Parce que la recherche d’emploi est également une question de timing, pensez à paramétrer des alertes sur vos jobboards préférés. Certains proposent des options intéressantes vous permettant de recevoir une notification dès qu’une offre qui répond à vos critères est publiée.

De ce fait, vous êtes directement informé de leur publication et pouvez faire partie des premiers postulants. Cela peut faire la différence lorsqu’une entreprise reçoit des centaines de candidatures.

11/ Se rendre disponible pendant la recherche

Lorsque vous allez commencer à envoyer votre candidature, les appels vont affluer.

Par conséquent, il est important de pouvoir vous rendre disponible durant votre recherche. Si vous travaillez, cela n’est pas toujours évident et ça se comprend. En revanche, l’idée n’est pas de partir en vacances et de se couper de tout, vous risqueriez de passer à côté d’opportunités. Il faut un juste milieu.

Néanmoins, nous souhaitons appuyer sur le fait que, se rendre disponible à tout moment n’est pas forcément idéal.

On a vite fait de répondre dans un moment informel, avec des proches, en vacances, en clair à des moments peu propices à un premier échange professionnel.

Si vous avez l’occasion de vous isoler un peu, notre meilleur conseil est de répondre et d’expliquer simplement que là maintenant il vous est compliqué d’échanger dans de bonnes conditions. Voyez tout de suite avec votre interlocuteur pour reconduire ce premier échange et fixer ensemble un prochain rendez-vous.

Cela vous servira bien plus que de répondre dans de mauvaises conditions qui pourraient vous faire défaut.

12/ Envoyer des candidatures spontanées

Si on peut parfois le voir comme une bouteille à la mer, envoyer une candidature spontanée, bien ciblée peut vraiment fonctionner. L’entreprise est peut-être en train d’ouvrir un poste, de préparer un futur recrutement ou une levée de fonds, sans avoir encore communiqué dessus.

N’hésitez pas à identifier les potentiels recruteurs ou responsables d’équipe afin de directement les contacter. Envoyer un e-mail ou un message sur LinkedIn (ou tout autre réseau) vous permet de toucher directement l’interlocuteur concerné et de montrer votre motivation.

13/ Développer son réseau professionnel

Afin de maximiser vos chances, il faut penser à long terme. Vous êtes entouré(e) de personnes actives qui connaissent elles aussi, d’autres personnes en poste. Cela peut paraître bateau dit comme ça mais on ne pense pas toujours à échanger avec elles.

Rencontrer du monde et garder contact avec ces personnes peut ouvrir des portes.

Eh bien le virtuel fonctionne de la même façon. Il ne faut pas hésiter à entretenir vos réseaux tels que LinkedIn, à contacter du monde, à échanger sur des sujets de votre domaine (rédiger, commenter etc.) et à répondre aux sollicitations.

Si l’on vous sollicite, même si vous n'êtes pas intéressé(e) prenez toujours le temps de répondre de façon cordiale, on ne sait jamais ce qui peut arriver.

14/ Penser qualité avant quantité

Notre dernier conseil et pas des moindres, qui est un peu notre maître mot, est de penser qualité avant toute chose.

Envoyer 500 candidatures non travaillées et peu ciblées versus, envoyer 250 candidatures personnalisées aux bons décisionnaires est bien différent.

S’il est évident que plus vous envoyez de CV, plus vous avez de réponses, cela ne sera pas forcément le cas si ces envois sont de mauvaise qualité. Vous aurez sûrement des réponses mais négatives.

Alors faites en moins mais mieux. Cela sera bien plus pertinent pour vous.

Pour conclure

Finalement, qui ne tente rien n’a rien est l’adage parfait en recrutement alors foncez !

Si la recherche d’emploi s’avère parfois démotivante, ne lâchez pas l’affaire. À un moment donné votre travail payera et vous trouverez chaussures à vos pieds.

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
Comment réussir son entretien d’embauche en 2022 ?

Comment réussir son entretien d’embauche en 2022 ?

Publié le 30 Juin 2022
#Candidats

LA question qu'on s'est tous déjà posée, comment réussir son entretien d'embauche ? Bonne nouvelle pour vous, en tant que cabinet de recrutement, on est plutôt calé sur le sujet. Qui dit entretien d’embauche, dit préparation ! Pas de panique, on vous donne tous nos conseils pour bien se préparer et réussir son entretien d’embauche. Prêt ? Go !

1/ Se renseigner 💡

Eh oui, c’est basique mais incontournable. Cette étape cruciale est encore trop négligée par les candidats.

Tout comme on se renseigne pour un examen ou pour un concours, il en est de même pour une entreprise que l’on souhaite intégrer.

Connaître le poste pour lequel on postule

Déjà, la première chose à faire est de s’imprégner de la fiche de poste. Sachez ce qui vous attend et retenez les missions.

Notre conseil ? Pour chaque mission demandée, trouvez une concordance avec votre parcours. Si vous arrivez à créer ce lien, bingo, le recruteur verra que vous êtes fait pour le poste !

Se renseigner sur l’entreprise

Chaque entreprise est différente, on ne vous apprend rien. Que ce soit le secteur, la taille de celle-ci, son produit, son marché… Renseignez-vous !

Nos conseils ?

Explorez les produits et/ou services de celle-ci et testez-les (si c’est possible).

Faites un tour sur leur site Internet et leurs réseaux sociaux afin de voir leur façon de communiquer (d’autant plus si vous cherchez un poste dans ces métiers).

Essayez de maîtriser votre sujet. L’idée est aussi de savoir si vous partagez bien les valeurs et la vision de l’entreprise. C’est tout aussi important.

Certains recruteurs n’hésitent pas à poser des questions sur vos connaissances de l’entreprise. N’attendez pas ces questions et prenez l’initiative d’aborder certains sujets liés à l’entreprise. Posez des questions par rapport à ce que vous avez pu observer ! Cela permet de montrer votre intérêt.

Quelques exemples :

  • J’ai vu que vous aviez lancé un tout nouveau produit récemment, qui s’occupe de ce marché chez vous ?
  • Concernant votre page équipe, je vois que vous êtes 20 aujourd’hui, prévoyez-vous d’autres arrivées prochainement ?
  • J’ai fait un tour sur vos réseaux sociaux et j’ai pu voir que vous étiez très actif sur LinkedIn, quels résultats tirez-vous de cette visibilité aujourd’hui ?
  • Par rapport à votre marché, j’imagine que vos concurrents directs sont [concurrents] ?

Identifier vos interlocuteurs

Ce n’est plus un secret pour personne, les recruteurs effectuent leurs recherches. Ils vont essayer d’en apprendre plus sur vous. Google, Facebook, Instagram, LinkedIn… Tout peut y passer. Soignez donc vos profils publics.

On vous invite également à faire vos propres recherches ! Faites un tour sur leurs profils LinkedIn. L’idée c’est de savoir à qui vous allez vous adresser. Vous serez plus à l’aise et pourrez anticiper d’éventuelles questions.

N’hésitez pas non plus à regarder qui travaille dans quel service en identifiant les équipes intéressantes à connaître pour vous.

Repérer les lieux

Même si vous ne vous rendez pas sur place dans un premier temps, c’est une bonne chose de pouvoir localiser l’entreprise dans laquelle vous postulez.

Pourquoi ? Déjà ça évite toute (mauvaise) surprise. Vous n’apprendrez pas en direct qu’il vous faut faire 1h30 de trajet pour vous rendre sur place.

Et si vous devez vous déplacer pour votre entretien, vous gagnerez du temps en préparant votre venue : transports, codes d’accès etc. Anticiper ces sujets vous permettra d’être plus sereins lors de votre déplacement.

2/ Préparation 💪

Préparez votre "Elevator Pitch"

Entretien d'embauche Elevator Pitch gif

Qu’est-ce qu’un Elevator Pitch ? L’Elevator Pitch est une présentation de votre projet professionnel qui permet en peu de temps, de résumer votre parcours en captant l’attention de votre interlocuteur.

Concrètement le but de l’Elevator Pitch est d'évoquer les points importants de votre carrière professionnelle et d’ouvrir la discussion sur ces sujets.

En quelques minutes vous devez attirer l’attention du recruteur pour le convaincre et lui donner envie d’en savoir plus sur vous.

On vous conseille de rédiger votre pitch avec minutie et sérieux et de l’apprendre par cœur.

On pense parfois à tort qu’apprendre un discours par cœur le rend moins « réel » et naturel, mais non. En l’apprenant, vous saurez le débiter sans bégayer et sans problème, ce qui n’entachera pas votre crédibilité.

Choisir une tenue adéquate

La tenue vestimentaire, quel sujet épineux ! S’il n’est pas évident de savoir sur quel style partir, on vous recommande clairement de vous adapter à l’entreprise, au poste et au secteur.

On ne s’habille pas pour une jeune start-up comme on le ferait pour une grande entreprise par exemple.

Si vous voyez que l’entreprise est plutôt petite, bonne ambiance et décontractée, vous pouvez venir en jean, sneakers et chemise/chemisier.

Au contraire, si le cadre est très sérieux, que le produit ou votre poste est à fortes responsabilités, vous pouvez enfiler quelque chose de plus sérieux.

Vous l’avez compris ici l’idée c’est de s’adapter pour coller au milieu dans lequel vous allez vous trouver.

Attention néanmoins, start-up ne rime pas avec n’importe quoi. Si vous visez un poste de commercial ou nomade, il va de soi qu’il faut rester professionnel. N’oubliez pas que la tenue renvoie directement une image de vous.

Autre chose importante à noter : si vous n’êtes absolument pas à l’aise dans une tenue qui serait imposée pour le poste, le poste est-il vraiment fait pour vous ?

Vous avez 4 heures.

Anticiper les sujets et les questions

Si vous êtes là c’est que vous avez attisé la curiosité de votre interlocuteur.

Afin d'apprendre à vous connaître, il va vous poser des questions, qu'il ait ou non reçu votre CV. C’est le moment pour vous de vous démarquer si vous souhaitez réussir votre entretien.

D'ailleurs si vous en êtes à l'étape du CV, découvrez notre article sur la création d'un CV réussi.

C'est pour cela qu'il est important d'anticiper cette étape. Avant votre entretien, prenez le temps de préparer les différents sujets qui pourraient être évoqués.

Par exemple, vous pouvez dresser une liste de sujets probables tels que :

  • Le métier
  • Vos expériences professionnelles
  • Les défis réalisés
  • Votre personnalité
  • Vos motivations
  • En quoi vos expériences collent à ce qu’ils recherchent
  • L’entreprise que vous souhaitez rejoindre
  • Votre entreprise actuelle

Préparez vos réponses au maximum, vos chiffres si besoin est, pour ne pas vous faire surprendre par une question lors de votre entretien d’embauche.

Vous trouverez sur Internet de nombreuses listes de questions par domaines, pour vous aider à y voir plus clair.

3/ Pendant l’échange 🤝

Soyez attentif à votre langage non verbal

Ah le fameux langage non verbal, on ne pouvait pas aborder le sujet des entretiens d’embauche sans en parler.

Qu’est-ce que le langage ou la communication non verbale ? Ce sont tous les éléments qui renvoient un message sans utiliser la parole :

  • Intonation
  • Posture
  • Élocution
  • Expressions faciales
  • Gestuelles
  • Regard
  • Tenue

Vous n’y croyez pas trop ? On peut vous assurer que ces points sont tout aussi importants que le reste. Vos gestes et votre posture peuvent appuyer vos propos ou au contraire, les discréditer.

Les travaux menés par des psychologues écossais et américains ont montré qu’il fallait une demi-seconde pour se faire une impression de quelqu’un et que les 30 premières secondes d’une rencontre étaient décisives.

Que vous le souhaitiez ou non, les signaux que vous renvoyez à votre interlocuteur forgent votre image.

Lorsque vous passez un entretien et que vous rentrez en compétition avec d’autres personnes, un recruteur se fiera encore plus à ses premières intuitions car il n’a pas forcément le temps d’aller plus loin.

C’est tellement plus agréable d’échanger avec une personne souriante et dynamique qu’une personne avachie, trop intimidée et pas assez énergique.

Attention néanmoins à ne pas en faire trop en parlant un peu trop fort, trop vite etc.

Pensez “conversation” avant toute chose

Ça nous paraissait essentiel de le rappeler mais l’entretien d’embauche est avant tout un échange. L’idée est de créer une discussion et non pas de monopoliser la conversation.

Ne vous étalez pas trop et essayez de rester concentré sur le sujet abordé. Également, ne forcez pas les choses en vous plaçant comme une personne sachant tout faire.

Parler salaire ou pas ?

Parler de rémunération peut être un sujet sensible. On vous conseille de ne pas aborder le sujet directement et de voir ça en fin d’entretien.

Il serait regrettable de passer tout un processus de recrutement sans avoir aucune idée de ce à quoi vous pouvez prétendre.

Attendez donc que l’entretien passe et creusez la question en fin d’échange si cela n’est pas fait par le recruteur. Renseignez-vous avant l'entretien pour savoir quoi répondre à la question.

Si vous êtes dans les métiers de l'IT, faites un tour sur notre baromètre des salaires !

Prenez des notes

Pourquoi est-ce qu’on vous demande de prendre des notes ? Parce que cela montre votre sérieux et votre intérêt.

Les entretiens d’embauche ne sont pas seulement faits pour vous questionner. Ils permettent un échange entre vous et votre interlocuteur.

Le recruteur vous donne un maximum d'informations à travers la présentation de l’entreprise, de son historique, du poste, des objectifs, des résultats attendus etc. Ne pas noter ces informations peut donner l’impression que ça vous est égal.

Ces notes vous donnent des pistes à creuser à la fin de l’entretien, quand vous aurez l’occasion de poser des questions supplémentaires.

Un exercice vous est-il demandé pour la suite du processus ? Vous serez probablement mieux aidé grâce à vos notes prises en amont

Posez des questions

Ah la fameuse phrase de fin : « Est-ce que vous avez des questions pour terminer ? ». Qui ne l’a jamais entendue ? Et surtout, qui n’a jamais eu envie de répondre, honnêtement que « Non ça va tout est clair merci » ?

Pour réussir son entretien d'embauche, rien de mieux que la curiosité.

Alors oui, même si l’échange est riche d’informations, que tout vous paraît clair, profitez de cette ouverture pour aborder des sujets tels que l’ambiance en interne, la suite du processus etc.

Voici une liste de questions que vous pouvez poser en fin d’entretien :

  • Comment définiriez-vous l’ambiance en interne ?
  • Quelles sont les prochaines étapes du processus si on va plus loin ?
  • Faites-vous passer un test technique ?
  • Quel est votre processus d’onboarding et de formation en interne ?
  • Quelle est votre politique de télétravail ?
  • Et vous, pourquoi avez-vous rejoint l’entreprise ?
  • Qu’est-ce qui vous motive au quotidien ?

4/ Après l’entretien d’embauche ☎️

Réussir son entretien gif

J’appelle ? J’envoie un e-mail ? Et quand est-ce que je le fais ?

Après un entretien, il est bon de réitérer votre intérêt pour le poste mais sans trop en faire.

Ce qu’on vous conseille c’est d’envoyer un e-mail quelques jours après votre échange (2 ou 3). Ce délai vous octroie un temps de réflexion avant de relancer le recruteur.

En fonction de ce qui est dit à la fin du précédent entretien, vous pouvez y mettre un récapitulatif de l’échange, une synthèse assez courte ainsi qu’une confirmation de votre intérêt pour le poste.

Pour finir, n’oubliez pas de remercier votre interlocuteur pour l'accueil qui a été fait ou pour le temps alloué (si ce fut une visioconférence).

La belle histoire

Chez UNLCK, il nous est arrivé de mettre fin à des processus et de donner des retours négatifs à des personnes qui nous ont ensuite rappelés pour nous convaincre du contraire.

Eh bien ça a marché ! Ces recrutements ont été réussis, avec des personnes totalement intégrées et super efficaces au quotidien.

Comme quoi parfois, il ne faut pas hésiter à prouver notre motivation même si tout semble acté. 😉

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
Changer de travail : les raisons et signes qui ne trompent pas

Changer de travail : les raisons et signes qui ne trompent pas

Publié le 25 Mar 2022
Temps de lecture - 6 min.
#Candidats

Dois-je changer de travail ? En voilà une question que de nombreuses personnes se posent.

S’il est vrai que d’innombrables raisons peuvent nous pousser à nous questionner, sont-elles systématiquement bonnes ? Quels sont, au contraire, les signes alarmants ?

Parce que même si changer de travail n’est pas toujours simple, de nombreuses personnes n’osent pas se lancer par peur de l’inconnu.

Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises raisons d’envisager un changement d’emploi. En revanche, il est essentiel de réfléchir à la question en prenant en compte la situation dans sa globalité. Prendre du recul est important, pour s’assurer que vous répondrez à vos réelles attentes.

Alors, on décortique les signes qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille pour envisager un changement de travail.

1/ Changer de travail car on est démotivé

Nous connaissons tous des jours mauvais, où il est difficile de se motiver, mais lorsque cela devient notre quotidien ?

On rencontre ici l’un des signes les plus alarmants. Se sentir en phase avec ce que l’on fait quotidiennement est important pour notre épanouissement et notre santé mentale.

Une mise au placard ? Ou tout simplement l’ennui routinier ? Si pour vous le lundi rime avec déprime, il y a peut-être un problème. Des difficultés à se lever le matin, une semaine interminable dans l’attente du week-end, vous ne semblez plus très motivé(e).

C’est une chose que nous constatons également lorsque l’on met 3 fois plus de temps à réaliser une tâche que nous faisions en peu de temps. Scroller et passer du temps sur son téléphone, se tourner les pouces, enchaîner les pauses… Est-ce que c’est ponctuel ou récurrent ?

Si le travail n’est pas forcément synonyme de bonheur et d'épanouissement pour tout le monde, travailler dans une entreprise qui vous correspond et faire réellement le métier qui vous fait vibrer, peut changer le quotidien.

2/ Vous ne vous projetez plus 🏃

Parfois, une baisse de motivation peut être due au fait que quoique vous fassiez, vous savez que vous n’évoluerez plus.

Si vous sentez que vous stagnez alors que vous pouvez faire plus, pourquoi continuer ? Vous avez probablement besoin de plus de stimulation intellectuelle ou de nouveaux challenges.

Chez certaines personnes, continuer d’apprendre est indispensable. Stagner au sein d’un poste et ne pas voir ses compétences évoluer peut, à la longue, peser sur le mental. De plus, à long terme, cela peut avoir un impact négatif sur le CV.

Dans certains domaines, la concurrence est de plus en plus rude, il faut continuer de s’intéresser et de se former pour rester à jour.

Continuez d’explorer de nouvelles choses pour conserver et faire évoluer votre valeur sur le marché du travail. Si vous souhaitez acquérir de nouvelles compétences, il ne faut pas hésiter à changer de travail. Logiciel, outils, méthodologies… Cela ne manque pas.

3/ L’entreprise ne vous correspond pas ou plus

Malheureusement, il arrive parfois qu’on se soit trompé et que l’entreprise dans laquelle on se trouve ne nous corresponde pas (ou plus).

Par ailleurs, cela peut aussi être une question de direction stratégique, qui ne nous conviendrait pas. Une restructuration ou une nouvelle stratégie (que vous ne partagez pas ou ne comprenez pas) peuvent être contraignantes.

Que nos valeurs aient évolué ou que l’entreprise ait changé, il se peut que les valeurs véhiculées soient en contradiction avec les vôtres. Imaginez que vous ayez des convictions fortes, une certaine éthique et que l’on vous demande de transgresser tout ce en quoi vous croyez. Arriveriez-vous à tenir ça dans le cadre de votre activité professionnelle ?

Si vous ne vous sentez pas en phase avec ces différents points, il est compréhensible que vous souhaitiez partir. Parfois difficile à admettre mais indispensable si vous n’êtes pas en phase avec l’entreprise.

The Office Gif travail

4/ L’entreprise se porte mal

Il se peut également que l’entreprise soit en mauvaise santé. Une réalité parfois oubliée qui peut vite devenir problématique. Qu’importent les raisons qui mènent à cela, si tel est votre cas, il ne faut pas hésiter à anticiper votre départ si rester vous paraît risqué.

Effectivement en fonction de votre situation personnelle, il est tout à fait compréhensible d’envisager un départ. Chercher un emploi lorsqu'on est en poste est toujours plus attrayant auprès des recruteurs.

5/ Changer de travail pour l'ambiance 💃

Vous pouvez avoir l’un des meilleurs jobs au monde, si vous adorez votre métier et le projet pour lequel vous travaillez mais que votre équipe ne vous correspond pas, ça peut vite devenir compliqué.

Ne pas se sentir apprécié(e) ou accepté(e) au sein de son équipe est quelque chose qui peut considérablement nuire à votre santé mentale. L’ambiance ainsi que le milieu social dans lequel on se trouve sont des paramètres tout aussi importants que le reste.

On ne peut pas s’entendre avec tout le monde et parfois, même si le contexte professionnel veut que nous fassions abstraction de nos attaches personnelles, ce n’est pas chose aisée.
Si vous rencontrez des difficultés avec une ou deux personnes, est-ce que ça vaut le coût de changer de travail ? 🤔

Il existe malheureusement des cas de harcèlement physique ou moral, en entreprise. Si vous vous trouvez dans cette situation, il est important d’en discuter en interne pour essayer de régler le problème. En effet, des solutions peuvent être envisagées avant de réfléchir à quitter votre emploi.

Si la personne avec qui vous ne vous entendez pas se trouve être votre supérieur(e), effectivement la situation s’avère plus problématique. Si les discussions n’amènent rien ou sont inexistantes, il ne vous reste plus beaucoup de solutions.

6/ Un changement pour une meilleure qualité de vie

Indéniablement, on en revient à la qualité de notre vie privée – vie professionnelle. Si vous passez trop de temps dans les transports et que ça empiète sur votre vie privée qui s’avère être inexistante en semaine, est-ce que vous le supporterez longtemps ?

Que ce soit parce que vous avez, ou souhaitez fonder une famille et/ou que vous voulez prendre part à des activités (sportives, culinaires, musicales…) en semaine…

Les tendances se sont pas mal inversées ces dernières années, avec une croissance du télétravail, permettant justement de pallier ce problème. Le fameux « métro, boulot, dodo » n’est plus une fatalité.

Alors pourquoi ne pas faire un tour du côté des offres et employeurs acceptant le télétravail ? 🏠

7/ Changer de travail pour un meilleur salaire

Bien qu’il y ait de nombreuses autres raisons d’envisager un changement de poste, il y en a une qui fait toujours beaucoup parler : le salaire.

En premier lieu, il est important de souligner que cette seule motivation est à prendre avec des pincettes. Bien que le salaire soit essentiel, un changement de poste et de salaire implique bien souvent d’autres changements.

Prises de responsabilités, management d’une équipe, plus d’heures travaillées, plus de déplacements… Il faut réfléchir à tout ce qu’un changement peut amener. Est-ce que vous êtes prêt(e) et motivé(e) pour ça ?

Il faut reconnaître qu’une rémunération avec laquelle nous ne sommes pas en phase n’est pas chose saine. Celle-ci doit refléter vos compétences, atouts et expériences. Il est important de se sentir légitime et apprécié(e) à sa juste valeur.

Notre conclusion

Que faut-il conclure de tout cela ? Il existe de nombreuses raisons (toutes les plus légitimes que les autres) qui peuvent pousser à quitter son travail.
Tout le monde n’a pas forcément cette facilité à changer d’emploi quand bon lui semble. Certaines vies de famille, des responsabilités ou contextes particuliers peuvent ne pas faciliter un tel changement.


Dans tous les cas, il est important d’y réfléchir longuement et de penser à l’après. L’idée n’est pas de réagir à chaud et de plutôt analyser le contexte. Quitter son job proprement, en sachant quoi faire, pourra vous éviter de rencontrer à nouveau ce problème. Souvent oublié, vous pouvez réaliser un Bilan de compétences. Il permet de faire un point global sur votre carrière et votre projet professionnel.


Et si vous hésitez et que certains essayent de vous dissuader en vous disant que l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs… Nous avons une chose à vous conseiller : écoutez vos envies avant les autres. C’est peut-être le début d’un nouveau chapitre pour vous ! 😉

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
Trouver une mission grâce à une agence de recrutement

Trouver une mission grâce à une agence de recrutement

Publié le 18 Août 2020
Temps de lecture - 4 min.
#Candidats

Généralement, les cabinets de recrutement tech accompagnent les développeurs dans leur recherche d’emploi, et notamment de CDI. Certains cabinets peuvent également mettre en relation des développeurs freelance avec des entreprises pour des missions ponctuelles. Besoins, méthodes, honoraires : voici les thèmes que nous développerons dans cet article.

Se faire accompagner par un cabinet de recrutement

Au contact des entreprises informatiques (sociétés de prestations type SSII/ESN ou clients finaux type éditeur de logiciels, Start-ups et Grand-Comptes), un cabinet de recrutement connaît en temps réel les besoins du marché. Contre rétribution, un cabinet de recrutement met en relation un candidat et son futur employeur. Il est important d’ajouter que les cabinets de recrutement sont parfois spécialisés sur des types de contrats spécifiques.

Par exemple, un développeur en recherche de CDI peut se rapprocher d’un cabinet de recrutement IT pour l’aider à décrocher un emploi tandis qu’un profil freelance aura plus d’intérêt à se faire aider via des sociétés spécialisées en portage salarial etc.

Fonctionnement d’un cabinet de recrutement

Lorsqu’un candidat fait appel à un cabinet de recrutement pour trouver un CDI, il faut savoir que certains cabinets se rémunèrent en fonction du salaire brut annuel du collaborateur recruté.

Concernant le fonctionnement des cabinets, la plupart sont organisés par pôle dédié géré par un ou plusieurs consultants en recrutement spécialisés.

La mission du consultant en recrutement consiste généralement en :

  • la publication d’une annonce,
  • le filtrage des candidatures,
  • la réception des candidats et leur accompagnement / coaching,
  • la mise en relation des candidats et clients,
  • le suivi des candidats après placement.

Le but d’un cabinet de recrutement n’est pas seulement de transmettre votre candidature.

Par exemple, un cabinet de recrutement Tech peut vous aider à sélectionner les offres les plus adaptées à votre profil. Le consultant en recrutement pourra vous aiguiller tout au long des processus de recrutement et vous donner les meilleures chances de transformer.

Il vous aide donc à vous mettre en valeur, pour que lors des entretiens vous ayez toutes les chances de votre côté. Ces étapes passées, si l’entreprise veut vous faire une offre, le cabinet fait en sorte que celle-ci se rapproche de vos exigences (salaire, avantages, jour(s) de télétravail…).

Se lancer en freelance dans la tech

Si certains développeurs sont plus attirés par les CDI d’autres préfèrent se tourner vers des missions en tant que freelance. En effet, depuis l’apparition du portage salarial en 1988, de nombreux experts informatiques (développeurs et accessoirement chefs de projet ou architectes) ont passé le cap : ils se sont lancés en tant que freelance ! Libre choix des missions, rémunération parfois supérieure : les motivations pour devenir freelance ne manquent pas. Nous devons néanmoins rappeler que le freelance doit être particulièrement autonome (techniquement et commercialement).

Les différents statuts

De nombreux statuts s’offrent au développeur freelance : Portage Salarial, MicroEntreprise, SASU/EURL/Libéral. En premier lieu, notez que seul le Portage Salarial permet de bénéficier du chômage entre deux missions. Comme le patrimoine personnel du freelance est engagé en cas de sinistre, le freelance doit choisir un statut à responsabilité limitée (et donc éviter la micro entreprise et le mode libéral). Comme la liquidation d’une société est longue et coûteuse, la question de la flexibilité se pose en informatique.

Décrocher une mission en tant que développeur freelance

Un développeur freelance n’est pas toujours formé au marketing et aux pratiques commerciales. Le travail de recherche de missions peut donc parfois paraître long et difficile, car il exige :

  • en premier lieu une méthode,
  • puis des moyens (site vitrine, ressources informatiques, etc.),
  • des appuis (réseau de clients ou de prescripteurs),
  • et enfin des formations régulières (formations techs, formations commerciales, etc.).

L’absence de mission et le défaut de paiement du freelance dans l’informatique sont les principaux motifs d’abandon des indépendants.

Combien coûte un apport d’affaires pour une mission freelance dans l’IT ?

La mise en relation peut représenter jusqu’à un mois de prestation. Ce montant reste toutefois à négocier avec la société qui recrute. L’apport d’affaires peut être payé soit par le client soit par le freelance soit par les deux. En général l’apport d’affaires est payé dans un premier temps par le client et dans un second temps par le freelance si la prestation dépasse 3 mois.

Notre conclusion

Finalement, que vous soyez plutôt attiré par des missions freelance ou par un CDI, vous pouvez vous faire accompagner. Si vous le décidez, il existe de nombreuses entreprises spécialisées pour vous permettre de trouver votre bonheur sur le marché.

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
Comment faire son CV ? Nos 11 conseils pour tout déchirer

Comment faire son CV ? Nos 11 conseils pour tout déchirer

Publié le 30 Juil 2020
Temps de lecture - 6 min.
#Candidats

Qui ne s'est jamais renseigné sur comment faire son CV ? On a tous (ou presque) déjà demandé un jour l'aide d'un proche pour faire notre plus beau CV ✨.

Si la lettre de motivation divise, le CV reste un indispensable. Il fait office de premier lien entre vous et le recruteur.

Concrètement, il n’existe pas de règle précise en matière de création, vous pouvez faire un CV qui plaira à un recruteur mais pas à un autre. En revanche, il est toujours possible d’optimiser ses chances de lecture.

On observe une tendance de l’ultra personnalisation : vidéo, étiquette produit, packaging, nourriture… Face à une concurrence de plus en plus rude dans certains secteurs, il devient commun d'essayer de sortir du cadre.

Découvrez nos conseils pour faire un CV qui vous décrochera les meilleurs entretiens.

1/ Nommez votre CV

Tout bon CV qui se respecte a un titre. Aussi bien dans le corps de texte que dans l'export du fichier, en .pdf par exemple.

Vous marquez des points en nommant proprement votre CV. Mettez-y l'intitulé de votre poste ou encore mieux, le titre du poste pour lequel vous postulez.

Pour ce qui est du nom du fichier après exportation, ajoutez-y votre prénom NOM, ça permet au recruteur de se repérer plus facilement.

2/ Introduisez votre CV

Rédigez une courte introduction qui fait office de brève présentation. Dans un premier temps, celle-ci permet de montrer au recruteur que vous avez bien le profil correspondant au candidat recherché.

Il suffit de quelques lignes pour expliquer clairement ce que vous recherchez et pourquoi ce poste.

Décrivez rapidement votre projet professionnel et votre niveau d’expérience (junior, expérimenté, confirmé…).

3/ Ajoutez vos coordonnées ☎️

Faire son CV rime très souvent avec recherche d’emploi. Afin d’être recontacté, il est nécessaire d’y indiquer ses coordonnées :

  • Numéro de téléphone
  • Adresse e-mail (créez-vous une adresse sérieuse avec vos prénom et nom)
  • Adresse : ville et code postal suffisent

N’hésitez surtout pas à ajouter vos réseaux sociaux tels que LinkedIn.

Si vous avez un portfolio, un site Internet ou un compte Github, renseignez-les ! Cela permet au recruteur d’avoir un aperçu de votre travail (ça ne peut que vous servir).

4/ Le CV, avec ou sans photo ?

Concernant la photo, si certaines personnes ne se sentent pas à l’aise avec le fait d’en mettre, d’autres arrivent à communiquer à travers elle et à en tirer avantage. Une jolie photo de qualité avec un sourire sera également préférable à une photo de mauvaise qualité.

Dans tous les cas, sachez que ce n’est pas obligatoire. À vous de voir ce que vous préférez.

5/ Structurez le CV

Organisation de CV - The Office gif

Une fois votre profil introduit, vous devez décrire votre parcours.

Afin de faciliter la lecture et de hiérarchiser les informations, nous vous conseillons de procéder de façon anti-chronologique. Cela permet en un simple coup d’œil de voir vos dernières expériences.

Généralement, on sépare les études de l’expérience professionnelle, en décrivant en premier lieu les expériences (c'est ce qui intéresse le recruteur).

6/ Listez vos expériences

Parler de vos expériences avant vos formations. Datez-les, indiquez les entreprises concernées et le rôle que vous aviez. Décrivez les missions, vos projets, équipes, budgets, résultats… Ces informations parleront aux recruteurs.

Vous avez travaillé en suivant des méthodologies précises ? Vous avez managé une équipe ? Précisez-le.

Si vous avez de nombreuses expériences, faites un tri et détaillez seulement celles pertinentes pour le poste recherché ou qui vous ont réellement plu.

7/ Listez vos formations

Viennent après vos formations et vos diplômes obtenus. Vous pouvez ajouter les matières que vous avez suivies, les frameworks, logiciels langages etc. Sur lesquels vous avez travaillé.

Attention, ne listez pas tout ce que vous avez vu dans le seul but de combler le tout !

Cela vous desservira et n’apportera pas de plus-value. Le mieux est de privilégier les langages avec lesquels vous êtes familier et de cibler chaque candidature en adaptant vos compétences.

8/ Valorisez vos compétences 💪

Maintenant que vous avez présenté votre parcours, il est temps de se plonger dans vos compétences !

Créez une section dédiée à vos compétences, aux langages et frameworks sur lesquels vous avez de l’expérience. N’hésitez pas à rendre cette partie visuelle avec quelques graphiques ou pictogrammes. Le recruteur doit pouvoir rapidement identifier vos potentielles forces pour le poste.

Ne noyez pas votre CV de compétences. Les expériences / formations servent à les appuyer avec des descriptions de vos projets. Il ne sert à rien d’en lister 15 sans justification.

Comment faire son CV lorsque l’on débute ?

Vous sortez de formation et avez peu d’expérience à décrire ? N’hésitez pas à parler de vos projets personnels !

Ils permettent de juger de vos compétences et de votre intérêt métier. Indiquez la nature du projet et la stack utilisée.

Vous avez voyagé, suivi une formation ou connu une période creuse ? Expliquez-le et faites-en une force en mettant en avant les aspects positifs tirés.

9/ Ajoutez vos atouts et vos traits de personnalité

On a parlé d’expériences, de compétences etc. Mais votre personnalité dans tout ça ? Vos “soft skills” ?

Évidemment cette section est très subjective mais si vous avez une personnalité marquée par certains traits, autant en parler.

Vous êtes un élément généralement moteur au sein d’équipes ? Autodidacte ? Consciencieux ? Peut-être que ces traits vous permettront d’intégrer une entreprise dont les valeurs sont également les vôtres.

Vos passions et passe-temps peuvent faire une réelle différence entre vous et un autre. Ils sont une mine d’informations sur vous ! Vos passions permettent de belles discussions, de vous découvrir plus… Vous tomberez peut-être sur la bonne entreprise grâce à cela !

10/ Créez un CV visuel

Sachez que c’est le design du CV qui va en premier lieu capter l’attention.

Qu’importe la qualité des informations données, si votre CV est désorganisé ou peu lisible il y a de fortes chances que sur un poste à forte demande, le recruteur ne s’arrête pas sur votre candidature.

On vous conseille donc de partir sur un format A4 et de respecter un certain nombre de pages (maximum 2).

Votre but est d’attirer l’attention et de susciter l’intérêt du recruteur. Ne dévoilez pas tout et restez un minimum concis pour qu’il ait envie de vous rencontrer.

Certains vous diront qu’il faut rester sobre et qu’il faut penser à l’impression papier.

Alors oui et non, encore une fois cela dépendra de l’entreprise qui recevra votre CV. Parfois l’originalité paye. En tout cas chez UNLCK, on apprécie !

N’hésitez pas à ajouter un peu de couleurs (gardez quand même la main légère), de formes etc. De façon à le rendre plus personnel.

Quels outils pour faire son CV ?

Si vous ne savez pas trop comment vous y prendre ou que la partie design n’est pas votre tasse de thé, il existe pas mal de sites permettant de faire son CV en ligne.

Sous forme de drag and drop, formulaires… Les moyens ne manquent pas. Certains sites vous proposent des modèles de CV en ligne gratuits.

Par exemple, Canva vous permet de le faire en ligne facilement, grâce à ses nombreux modèles et fonctionnement en “drag and drop » (glisser-déposer).

Vous avez également des sites tels que CVdesignr qui sont faciles à prendre en main.

Pour les plus classiques, Word (et sa version en ligne) fait très bien l’affaire. En revanche, pensez à toujours exporter votre CV sous format .pdf avant de l'envoyer. Les mises en page sous Word ont parfois tendance à être modifiées.

Et si vous avez quelques bases sur les outils tels qu’Illustrator, Indesign ou Photoshop, foncez ! Ils sont également très bons pour la création.

Des créatifs ont pris le parti de créer un CV en ligne de type site Web ou jeu vidéo interactif, si vous êtes inspiré.

11/ Soignez la rédaction

Pour finir, si vous souhaitez être pris au sérieux, soignez la rédaction de votre CV.

Personne n'a envie de recevoir un CV rempli de fautes d'orthographe ou de grammaire. On est tous d'accord là-dessus, et pourtant c'est assez commun.

Un CV avec des fautes est éliminatoire dans de nombreux domaines. Si vous n'êtes pas minutieux avec un document comme celui-ci, que vous utilisez au quotidien et sur lequel vous passez du temps, quelle image cela renvoie de vous ?

On ne le dira jamais assez : relisez-vous et faites-vous relire.

Notre conclusion

Évidemment, le CV n’est pas une fin en soi et ne permet pas, à lui seul, de comprendre ce que vous valez réellement.
Malheureusement, il est très compliqué de passer outre cette première étape de tri lorsque les candidatures pour un poste sont nombreuses.
Alors autant mettre toutes les chances de votre côté ! 😉

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
Les avantages du télétravail

Les avantages du télétravail

Publié le 24 Juin 2020
Temps de lecture - 8 min.
#Candidats

Les avantages du télétravail ne sont pas négligeables : concentration accrue, flexibilité de l’emploi du temps, des heures gagnées, possibilité de gérer ses journées et tâches à la maison etc.

Si le télétravail est une pratique relativement récente et encore mal perçue par certaines entreprises, elle n’en reste pas moins prisée par un grand nombre de personnes.

Il a été prouvé que la flexibilité offerte par le télétravail permet à de nombreux employés d’augmenter leur efficacité.

Actualité brûlante depuis + d’un an, la situation a poussé de nombreuses entreprises à se tourner vers le télétravail.

Si certaines d’entre elles n’avaient jusqu’ici pas l’habitude d’intégrer le télétravail dans leurs pratiques, on peut voir cela comme une opportunité.

On vous présente les avantages du télétravail et nos astuces pour qu’il soit mis en place dans les meilleures conditions.

1/ Organisation du télétravail

S’instaurer un cadre

Pour que le télétravail puisse être efficace, il est primordial de s’organiser. Il faut le voir comme une opportunité de rythmer nos vies professionnelles différemment.

Profitez de ce temps dégagé par les non-trajets à effectuer pour prendre un petit-déjeuner (si vous ne le faisiez pas déjà).

Habillez-vous et mettez-vous en condition. Conservez votre routine habituelle ! Cela vous mettra dans un état d’esprit propice au travail.

S’isoler pour mieux se concentrer

Aménagez-vous un bureau si possible isolé du reste des occupants de la maison, avec ordinateur professionnel et vos outils de travail habituels. Évidemment, tout dépendra de votre secteur d’activité.

Si vous n’êtes pas seul, l’un des enjeux est de faire comprendre à vos familles ou entourage que vous travaillez. Il faut que les habitants de la maison intègrent que vous n’êtes pas disponibles pour eux et évitent de vous interrompre.

Évidemment, cela n’est malheureusement pas possible pour tout le monde, surtout lors de situations dont nous ne sommes pas acteurs. Dans ce cas, il peut être recommandé de faire appel à de la famille ou à des aides supplémentaires afin de se libérer au mieux.

Aussi, prévoyez une bonne connexion Internet, si ce n’est pas le cas, l’entreprise peut amener des solutions lorsque nous n’avons pas accès à une connexion correcte.

2/ Définition d’objectifs clairs

Pour une bonne mise en place du télétravail, il faut au préalable fixer des objectifs clairs qui permettront aux collaborateurs d’être autonomes. Cela permettra d’éclairer et de ne pas perdre les collaborateurs qui sauront alors quoi faire.

Utiliser de logiciels de gestion de projets

Pourquoi ne pas utiliser les logiciels et outils facilitant la gestion de projets ?

De nombreux logiciels tels que Trello ou Monday.com permettent de visualiser les tâches en cours, les collaborateurs concernés, la division des responsabilités etc. Souvent présentés sous forme de tableaux de bord, il est aisé d’avoir un aperçu direct de l’avancement des projets grâce à ces logiciels.

En sortant du cadre habituel, où la communication n’est plus aussi directe, on peut se sentir un peu perdu. C’est pourquoi une bonne compréhension des rôles de chacun, et une relation de confiance entre coéquipiers et managers sont essentielles.

Équipes et collaborateurs qui se sentiront responsables seront plus opérationnels.

3/ Gérer nos horaires de télétravail

L’organisation des journées et des horaires de travail est essentielle. En tant que manager, il est important de savoir lâcher prise, pour laisser son équipe être autonome.

Objectifs fixés, une obligation de résultat est attendue. Alors si certains sont plutôt du matin ou du soir, soit, chacun son rythme.

Toutefois, certaines activités sont moins propices à cette souplesse. Toutes les activités commerciales ne peuvent pas complètement se le permettre. C’est pour cela qu’il faut adapter les pratiques aux différents contextes.

4/ Être une équipe

La fixation d’objectifs est un premier point. En revanche, à distance, les communications peuvent être plus complexes à mettre en place. Là encore, des outils existent pour faciliter les échanges directs. On ne cite plus les outils tels que :

  • Slack
  • Google Meet
  • Microsoft Teams
  • WhatsApp
  • Zoom
  • Fleep
  • Discord

Pour le partage de documentations, les drives tels que Google Drive ou des services tels que Dropbox sont efficaces.

Ces solutions permettent de conserver le contact, une vie d’équipe, en impliquant les collaborateurs et managers. Faire des points de temps à autre peut aider à conserver les liens interpersonnels, et rester à l’écoute. Il ne faut pas hésiter à poser des questions, à solliciter nos collègues comme nous le faisons habituellement.

Dans la continuité du travail d’équipe, partager les agendas (Google Agenda), peut nettement aider à l’organisation de réunions groupées. Cela permet une meilleure communication et collaboration entre les membres.

5/ Communications

Le maintien des contacts est essentiel, se renseigner sur le bon déroulement des choses et prendre des nouvelles des uns des autres est fondamental. Le télétravail peut être vecteur de désunion entre les collaborateurs. Essayez un maximum en conservant l’esprit d’équipe en organisant des moments informels. Des jeux à distance, organisation de visios pour déjeuner, discuter etc.

Par exemple, dans notre équipe, il nous arrive de déjeuner ensemble le midi ou de nous faire des soirées jeux à distance.

6/ Environnement ambiant

Travailler avec sa série favorite à côté ? Alors oui, qui n’a jamais rêvé ou pensé à ça. Mais avec du recul, cela peut vite détourner l’attention et restreindre notre efficacité.

La disparition des frontières entre la vie professionnelle et personnelle est forte. En temps normal, se couper du monde professionnel n’est pas tâche aisée, mais le retour à la maison forçait quelque peu les choses. Ici, le télétravail amène directement le travail à la maison, ce qui peut perturber.

Autre grand risque du télétravail : tomber dans l’hyper production, et faire beaucoup plus d’heures et à des moments peu favorables voire atypiques.

7/ S’autoriser des pauses

Vous n’êtes pas familier du télétravail ? On vous conseille dans un premier temps de conserver vos habitudes. Trop modifier vos horaires serait prendre le risque de décrocher et de se démotiver. Après, libre à vous de vous organiser comme vous le souhaitez. Certaines personnes s’en sortent en effet extrêmement bien.

Si les pauses fixées doivent être également respectées lors du télétravail sous peine de voir notre productivité en pâtir, le contraire est tout aussi essentiel.

Car il arrive d’oublier de prendre du temps pour soi et il n’est pas rare que certaines personnes fassent abstraction de leur pause déjeuner, le nez dans le guidon. Le problème est que potentiellement, ces heures passées à travailler, vont croître et devenir source de stress.

Parce que oui, tout comme au bureau, il est important de s’autoriser des pauses. N’hésitez donc pas à en faire régulièrement et à découper vos tâches pour éviter la procrastination.

Prenez une boisson, allez prendre l’air ou surfez sur vos réseaux comme vous le feriez habituellement puis concentrez-vous de nouveau.

8/ Terminer sa journée de télétravail

Finalement, il peut être difficile de se couper de sa journée. En fonction des organisations de chacun, certains reviendront sur leurs projets après dîner ou un samedi matin. Ce sont des choix propres à chacun.

Il a été démontré que le télétravail forçait généralement les heures travaillées. Au lieu de passer 1 heure dans les transports, on se met au boulot 1 heure plus tôt etc.

Un conseil ? Éteignez vos outils professionnels, et sortez faire une balade ou une séance de sport. Cela vous aidera à marquer l’arrêt de votre journée de travail.

Enfin, la mise en place de rituels, d’alarmes et de planifications peut aider les personnes ayant le plus de difficultés à mettre fin à leur journée.

Notre conclusion

Et vous, plutôt télétravail ou bureau partagé ?

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.
Cabinet de recrutement, tous les avantages candidat

Cabinet de recrutement, tous les avantages candidat

Publié le 07 Juin 2020
Temps de lecture - 4 min.
#Candidats

Quels sont les avantages de passer par un cabinet de recrutement ? On imagine que si vous êtes ici, la question se pose.

Il peut être rude de trouver un travail qui nous plaît, dans une entreprise qui nous convient.

De nombreux critères entrent en jeu : secteur, équipe, ambiance, salaire… Trouver un endroit où on se sent bien n’est pas chose aisée. 😬

Puis une fois trouvé, faut-il encore que notre candidature soit retenue.

Pour de nombreuses personnes, la recherche d'un emploi s'avère vite démoralisante. Entre la recherche d'opportunités, les candidatures, la préparation aux entretiens etc. Nous avons parfois l’impression d’y laisser toute notre énergie.

Si tel est votre cas, pourquoi ne pas envisager de passer par un cabinet de recrutement ? On vous présente dans cet article, tous les avantages d'un cabinet de recrutement.

Le cabinet de recrutement vous fait gagner du temps

L’un des avantages de passer par un cabinet de recrutement est que celui-ci prend en charge votre recherche. Il fait office de passerelle entre vous et les entreprises.

Vous rencontrez un expert du marché sur lequel vous êtes positionné, qui s’occupera d’envoyer vos CV aux bons contacts.

Il aura de réelles offres d'emploi à vous proposer, en fonction de votre profil et de ce que vous recherchez.

Les premières étapes vont permettre au recruteur d’en apprendre plus sur vous. Il s’intéresse à vos compétences, votre parcours, ce que vous aimez faire et comment vous souhaitez évoluer.

Grosso modo, le but est de comprendre ce que vous voulez pour obtenir le poste qui comblera vos exigences. 😎

Oubliez les étapes de prospection, de préparation de candidatures, le cabinet de recrutement s’occupe de tout.

Vous maximisez vos chances

Pour maximiser vos chances, vous pouvez continuer de mener vos recherches en parallèle. Vous n'êtes pas pieds et mains liés au cabinet. Vous avez donc la possibilité de consulter les offres via vos jobboards préférés ou LinkedIn.

L'idée n'est pas d'aller directement contacter les entreprises présentées par le cabinet, mais de rester à l'affût d'autres opportunités. Honnêtement, by-passer le cabinet n'a aucun avantage pour vous, bien au contraire car le cabinet appuie votre candidature.

Votre profil est réellement considéré

Sachez que lorsqu'un cabinet de recrutement envoie votre dossier à un client, celui-ci juge que vous correspondez réellement au poste.

Vous pouvez être sûr à 100% que votre profil sera pris en considération. Dans tous les cas, vous recevez un retour positif ou négatif, mais vous n’êtes jamais laissé dans le flou.

C'en est fini les lettres de motivations que personne ne lit. Les consultants créent un dossier à partir de votre CV et des entretiens que vous avez eus ensemble. Ils y mettent toutes les infos utiles qui vous valorisent et le transmettent aux bonnes personnes.

Généralement les cabinets de recrutement ont des interlocuteurs privilégiés avec qui ils échangent régulièrement.

De vrais conseils auprès du cabinet de recrutement

Le cabinet ne s’occupe pas uniquement de transmettre votre CV. Le consultant vous accompagne et vous conseille de A à Z.

Le cabinet de recrutement est en capacité de vous aiguiller sur vos points faibles et forts. Il sait vous dire quels sont les expériences, langages ou frameworks les plus pertinents pour appuyer votre candidature.

En effet, votre référent métier / langage sait vous mettre en avant face aux autres candidats. Il vous aide à préparer vos entretiens afin de mettre toutes les chances de votre côté le jour J.

Et si le client final veut faire une offre, le cabinet a tout intérêt à ce que celle-ci soit à la hauteur de vos espérances : salariales, avantages, télétravail…

Gagnant – gagnant 💪

Levons le voile sur certains détails. En effet de nombreux cabinets de recrutement sont rémunérés grâce à votre placement (ce n’est pas un secret).

Mais nous tenons à apporter des précisions là-dessus :

  • Cela n’impacte pas votre salaire négativement. Au contraire, selon les cabinets plus vous êtes rémunéré, plus le cabinet l’est également.
  • Mais attention, le but n’est pas de vous vendre des postes qui n’ont rien à vous apporter, sous prétexte qu’ils sont très bien rémunérés. Finalement, cela n’aurait d’intérêt pour personne.

Savoir qu’un candidat ne démarre pas ou quitte une entreprise après l’y avoir placé, est un échec.

S’il n’existe pas de contrat écrit entre les candidats et les cabinets, une relation de confiance s’installe entre les parties. Si vous ne vous projetez pas, si l’entreprise et ses valeurs ne vous conviennent pas, personne n’en sortira gagnant.

Des entreprises qui misent sur vous

Lorsqu’une entreprise fait appel à un cabinet, elle choisit d’investir dans ses recrutements.

En effet, elle va chercher les profils les plus adaptés à ses besoins et miser sur eux. On vous assure donc d’intégrer des entreprises offrant un bon cadre de travail à leurs employés et croyant en leur potentiel.

Ces entreprises, en faisant appel à des cabinets, allouent un certain montant à leurs recrutements. Elles ont donc elles aussi tout intérêt à ce que vous vous plaisiez chez elles.

Il peut arriver que des recrutements échouent. Si on se rend compte que cela arrive régulièrement et dans une même entreprise, on arrête simplement de promouvoir ces entreprises.

Le cabinet de recrutement, votre meilleur allié 🕺

Quand vous décidez de vous faire accompagner par un cabinet de recrutement, vous avez à vos côtés un expert du marché. D’ailleurs, il connaît généralement très bien les entreprises avec lesquelles il travaille.

Le cabinet vous donne des informations sur les projets menés par l'entreprise, les équipes déjà en place et les politiques en interne.

Notre conclusion

Finalement, se faire accompagner par un cabinet de recrutement Tech c’est :

  • Avoir un expert du marché à vos côtés (offres, salaires, positionnement…),
  • Gagner du temps de recherche,
  • Se constituer un dossier de candidature solide,
  • Avoir accès à une diversité d’offres,
  • Obtenir les meilleurs conseils pour défendre son profil.

Alors, pourquoi ne pas tenter l’expérience ? 👀

Ces articles pourraient
vous interesser

Notre équipe d’experts en recrutement Tech, Web et digital vous propose une sélection d’articles adaptés à votre profil.